Eco-score : les clients de Carrefour mitigés

30 novembre 2021 - Frédéric Carluer-Lossouarn

Ce 30 novembre, Carrefour a dévoilé dans un communiqué les résultats de deux études clients portant sur l’Eco-score. Depuis juin dernier, le distributeur participe à l’expérimentation de cette notation environnementale mise en place par l’Ademe (agence de la transition écologique). Elle figure sur tous les produits alimentaires de marques nationales ou MDD commercialisés en ligne sur Carrefour.fr.

«Ces premiers tests montrent que les clients sont intéressés par le principe d’affichage de l’Eco-score sur les produits», commente l’enseigne. 88% d’entre eux pensent que son indication est une mesure positive. 79% affirment que ce logo pourrait se traduire par une évolution concrète de leurs habitudes de consommation, en les poussant à faire des choix plus responsables. 54% des sondés disent en effet ne pas se sentir suffisamment informés aujourd’hui sur l’impact environnemental des articles.

Lacunes sur le bien-être animal

Le logo de l’Eco-score est jugé simple, facile à identifier et à comprendre. Pour 80% des clients, il peut être associé au Nutri-score sans que cela nuise à la clarté des deux indicateurs. 84% des personnes interrogées souhaiteraient voir l’Eco-score figurer sur les packagings.

En revanche, l’enquête révèle aussi des points faibles pour ce logo. «Nos clients sont parfois surpris par les scores associés aux produits, explique Carrefour. 72% d’entre eux souhaiteraient ainsi obtenir davantage d’informations sur la méthodologie de calcul de ce score afin de mieux comprendre ses résultats.»

Par ailleurs, aux yeux des clients Carrefour sondés, l’Eco-score ne valorise pas suffisamment des critères qu’ils considèrent comme très importants : bien-être animal, présence de pesticides, mode d’élevage.

Carrefour va aussi tester le Planet-score

L’emploi de pesticides et le mode d’élevage sont d’ailleurs des éléments à part entière de l’autre logo de notation environnementale actuellement testé : le Planet-score. A l’aune de ces résultats, l’enseigne ne ferme donc aucune porte. «En attendant les clarifications méthodologiques et son entrée en application par les pouvoirs publics, Carrefour souhaite poursuivre en interne ses expérimentations de notation environnementale en testant notamment la faisabilité technique et la compréhension du Planet score sur 150 produits».

Fin octobre, plusieurs distributeurs (Auchan, Lidl, Franprix et Monoprix) avaient déjà annoncé miser sur le Planet-score.

Ces expérimentations entrent dans le cadre de la loi Climat et Résilience. Les pouvoirs publics, à savoir l’Ademe et le ministère de l’Environnement, vont devoir choisir parmi plusieurs projets portant sur l’affichage environnemental. Le texte prévoit en effet de le rendre obligatoire l’an prochain après à une période de test.

 

Ateliers du Frais 2022

LES ATELIERS DU FRAIS 2022

Le rendez-vous annuel de la rédaction de Linéaires destiné aux acteurs de la zone marché.

Une matinée clé pour réunir fournisseurs, distributeurs et spécialistes autour des rayons et des filières.

Accéder au site de l’événement :