Costco Montréal (Canada)

6 décembre 2010 - Jacques Bertin

  • Costco Montréal (Canada)

    • L’entrepôt de Boucherville, au Québec, est l’un des 80 points de vente de Costco au Canada. Le groupe américain compte plus de 400 magasins aux Etats-Unis, une trentaine au Mexique, mais aussi quelques unités en Asie. L’Europe serait son prochain grand objectif. Une vingtaine de Costco sont déjà recensés en Grande-Bretagne.

    • Impossible d'acheter chez Costco sans acquérir une carte de membre. Elle coûte de 50 à 100 $ (35 à 75 €) et séduit des professionnels mais aussi nombre de particuliers.

    • Sol en béton, stocks en rayon, le confort d’achat est relativement sommaire dans un Costco. Mais la qualité et le service sont au rendez-vous. Les produits, la plupart du temps en gros volumes, sont présentés par palette entière. L’entrepôt de Boucherville ne compte que 3 700 références pour une surface globale de 13 000 m2 !

    • D'immenses blocs accueillent les produits frais (voir photo précédente). Si les consommateurs accèdent aux produits par des portes vitrées, le personnel peut rentrer dans ces gigantesques frigos avec un chariot élévateur, y manipuler les stocks et les mettre directement en rayon par l'intérieur.

    • Le rayon fruits et légumes mise sur la qualité et l’effet masse, avec seulement 70 codes mais une quarantaine de palettes au sol. Les produits, le plus souvent préemballés, sont vendus dans de gros conditionnements : 900 g de fraises, 1,8 kg de raisin, 2 kg de tomates, etc. Salades, plateaux de légumes à dipper ou de fruits découpés sont présentés dans une zone réfrigérée (en arrière-plan), qui sert également pour le stockage.

    • Les 70 références du rayon fruits et légumes sont vendues en gros volumes. Ici, des poires asiatiques présentées en lot de huit.

    • En plus des conditionnements présentés en rayon, professionnels et particuliers peuvent acheter leurs produits frais (boucherie, charcuterie, pâtisserie) en très grande quantité. Exemple en boulangerie avec des lots de 20 baguettes, de 70 chaussons aux pommes ou encore de 270 croissants. Des commandes spéciales sont également prises dans ces rayons.

    • Découpée sur place, la viande porte la marque maison Kirkland Signature, ainsi qu’un logo Bœuf canadien triple A, gage de qualité. Là encore, les conditionnements sont imposants. Le consommateur est incité à acheter en gros volumes, à trancher lui-même ses biftecks ou rosbifs puis à les conserver au congélateur.

    • Le magasin de Boucherville, près de Montréal, accueille 23 000 membres par semaine, avec un panier moyen de l'ordre de 140 $ (environ 100 €). La taille des chariots est à la mesure des achats effectués dans ce type de point de vente.

    • Vue générale du magasin de Boucherville, qui aligne moins de 4 000 références sur 13 000 m2 ! Pas de problème au niveau des facings : les références sont présentées à la palette.

    • L’employé en charge de la téléphonie mobile n’est pas rémunéré par Costco mais par les fournisseurs. Ce sont eux qui gèrent également l’ensemble des animations ponctuelles, comme les dégustations de produits, par exemple.

    • Des dégustations, mises en place par des fournisseurs, viennent régulièrement animer des rayons alimentaires, où domine la vente en libre-service.

    • L’électronique est le premier rayon dans lequel rentrent les clients du magasin. Ils peuvent aussi aisément accéder au service de développement photo et à la boutique d'optique, qui leur sont réservés (en arrière-plan sur la photo).

    • L’offre non-alimentaire dépasse largement les 50 % de la surface de vente. L’entrée se fait à travers l’électronique. Le client accède ensuite à l’équipement pour la maison, au textile, etc. Le site internet (Costco.ca au Canada) permet aux adhérents d’accéder à de multiples produits non disponibles en magasin.

    • L’ensemble de la marchandise est présenté en LS sur de simples racks, supportant, plus haut, le poids des palettes, puisque l’intégralité du stock est logée en magasin. Mais ne vous fiez pas à cette ambiance un peu brute. Costco est très loin du concept hard discount. Il s’en distingue, entre autres, par la qualité des produits proposés (marques nationales et MDD).

    • L’offre saisonnière est très importante. Début octobre, à Montréal, l’enseigne proposait des statues en bois de 1,8 m, des décorations, des arbres de Noël ou encore des jouets. Le reste est disponible sur Internet : électroménager, rideaux, moquette, mobilier, équipement automobile, etc.

    • Avec seulement 3 700 références, Costco joue à fond l'effet masse. Ici, des rouleaux d'essuie-tout et de papier-toilette !

    • Le magasin Costco de Boucherville, près de Montréal, accueille en moyenne 3 300 membres par jour, soit 23 000 par semaine, car il est ouvert sept jours sur sept. Détail typique des enseignes nord-américaines : la présence d’étudiants qui chargent les chariots après passage en caisse.

    • Grâce à une politique salariale très intéressante et à un système assez poussé de formation, Costco réussit à limiter le turnover au sein de ses équipes. La preuve ici, avec ce panneau affiché près des caisses, mettant en avant les « bâtisseurs » du magasin : 26 personnes présentant plus de 20 ans d’ancienneté, 23 plus de 15 ans et 18 plus de 10 ans.

    • Les magasins Costco se distinguent aussi à travers certaines offres ponctuelles exceptionnelles réservées à leurs membres. Ici, une réduction de 1 000 $ sur de nombreux véhicules Ford et Lincoln.

Combien d’enseignes peuvent revendiquer un panier moyen de plus de 140 $ (100 €) ? Avec ses entrepôts sommaires, ses ventes en gros et ses prix imbattables, Costco séduit une clientèle de plus en plus large. Quasiment sans publicité, le groupe US convainc chaque année de nouveaux membres, prêts à payer 50 à 100 $ (35 à 75 €) pour le simple privilège de faire leurs courses dans l’un des 500 points de vente de l’enseigne, essaimés sur tout le territoire nord-américain (Etats-Unis, Canada, Mexique).

Le concept du club-entrepôt Costco : un cash and carry, ouvert aux particuliers, qui mise autant sur la quantité que la qualité. Pas de prix barrés ni de premiers prix ici, mais de grandes marques et des produits frais sélectionnés, affichés au tarif le plus serré. « Nous garantissons le meilleur prix à nos clients, car nous ne faisons pas nos bénéfices sur la marchandise, mais sur les adhésions », explique l’un des porte-parole de l’enseigne. L’examen des étiquettes le confirme. Que ce soit en bouts d’îlot (les têtes de gondole québécoises) ou en fond de rayon, l’offre est plus que concurrentielle.

Nombre de références limité

On trouve de tout dans le vaste entrepôt d’un Costco : de l’épicerie, des surgelés, de l’ultra-frais, du poisson, de la charcuterie, de la viande et du pain, avec une véritable boucherie et un terminal de cuisson, mais aussi de l’électronique, du textile, etc. Mais le nombre de références, communes pour la plupart aux différents points de vente, reste limité. Chaque produit couvre un besoin. Avec un format généralement spécifique.

L’offre saisonnière, cependant, est très forte. Début octobre, à Montréal, l’enseigne proposait ainsi des statues en bois de 1,8 m, des décorations, des arbres de Noël ou encore des jouets. Le reste est disponible sur Internet : électroménager, rideaux, moquette, mobilier, équipement automobile, etc.

Ambiance dépouillée mais produits de qualité

L’ensemble de la marchandise est présenté en LS sur de simples racks, supportant, plus haut, le poids des palettes, puisque l’intégralité du stock est logée en magasin. Mais ne vous fiez pas à cette ambiance un peu brute. Costco est très loin du concept hard discount. Il s’en distingue, notamment, par la qualité des produits proposés (marques nationales et MDD) et par son personnel mieux rémunéré. Ces arguments valent d’ailleurs aussi face à son principal concurrent aux Etats-Unis : les entrepôts Sam’s Club de Wal-Mart.

Le rayon fruits et légumes de Costco est, à ce titre, exemplaire. Simple, avec une quarantaine de palettes au sol, toutes alignées à une hauteur de 54 pouces (1,37 m), il se veut pourtant irréprochable. Avec des primeurs répondant à un cahier des charges très pointu et affichant ostensiblement leur date d’emballage, dans un souci de gestion du rayon tout autant que de transparence vis-à-vis des consommateurs.

Costco Boucherville en chiffres

  • 13 000 m2.
  • 3 700 références.
  • 23 000 passages en caisse par semaine.
  • 143 dollars canadiens de panier moyen, ce qui correspond environ à 100 euros.
  • Ouverture 7 jours sur 7, du lundi au vendredi de 10 h à 20 h 30, le samedi de 9 h à 18 h et le dimanche de 10 h à 17 h.

Costco dans le monde

Fondé au début des années quatre-vingt, Costco a ouvert son premier entrepôt à Seattle, dans le nord-ouest des Etats-Unis.

Devenu le principal concurrent des Sam’s Club de Wal-Mart, fonctionnant sur le même schéma, l’enseigne compte actuellement plus de 500 points de vente en Amérique du Nord : 400 aux Etats-Unis, 80 au Canada et 30 au Mexique.

L’entreprise possède également quelques magasins à Puerto Rico, en Asie (Japon, Corée du Sud, Taïwan) et en Australie. En Europe, elle n’est présente, pour le moment, qu’en Grande-Bretagne, avec une vingtaine de clubs-entrepôts.

Avec un chiffre d’affaires de 76 milliards de dollars, Costco se positionne au huitième rang des distributeurs mondiaux, derrière Wal-Mart, Carrefour, Metro, Tesco, Lidl & Schwarz, The Kroger et The Home Depot.


Ateliers du Drive 2020

Les Ateliers du Drive - 29.09.2020

NOUVEAUTÉ - 2 formules au choix : 

  • La journée en présentiel le 29.09 à Paris
  • La synthèse vidéo commentée le 02.10

Avec les interventions de : Aurélien Pouzin (Courses U Lyon), Ferdinand Tomarchio (Monoprix), Jonathan Mélis et Nicolas Paepegaey (Intermarché).

Découvrez le programme et inscrivez-vous en ligne