Day by Day ouvre son premier Grand Marché Vrac à Rennes

15 décembre 2020 - Patricia Bachelier

  • Grandmarchevracdaybyday

    • Le nouveau concept Grand Marché Vrac inauguré à Rennes occupe 300 mètres carrés, dédiés à l’épicerie vrac et aux produits frais : fruits et légumes, boucherie, fromagerie. Lesquels sont gérés en concession par trois opérateurs locaux.

    • L’entrée du magasin donne sur les fruits et légumes et la zone frais, qui occupe l’essentiel de la surface. Le corner vrac Day by Day est relégué au fond, sur 68 m² seulement. Soit à peine plus qu’un magasin de centre-ville. La fromagerie (chez Fanch) est implantée à gauche des fruits et légumes, la boucherie (Le Coin du bon goût) à droite.

    • L’entrée du magasin donne sur les fruits et légumes et la zone frais, qui occupe l’essentiel de la surface. Le corner vrac Day by Day est relégué au fond, sur 68 m² seulement. Soit à peine plus qu’un magasin de centre-ville. La fromagerie (chez Fanch) est implantée à gauche des fruits et légumes, la boucherie (Le Coin du bon goût) à droite.

    • L’entrée du magasin donne sur les fruits et légumes et la zone frais, qui occupe l’essentiel de la surface. Le corner vrac Day by Day est relégué au fond, sur 68 m² seulement. Soit à peine plus qu’un magasin de centre-ville. La fromagerie (chez Fanch) est implantée à gauche des fruits et légumes, la boucherie (Le Coin du bon goût) à droite.

    • Comme dans les magasins de centre-ville où dans le shop-in-shop de Cora Ermont (95), le corner vrac propose environ 750 codes d’épicerie, liquide et hygiène-beauté. Il adopte les couleurs et la déco Day by Day. Environ 25% de l’offre est bio.

    • Comme dans les magasins de centre-ville où dans le shop-in-shop de Cora Ermont (95), le corner vrac propose environ 750 codes d’épicerie, liquide et hygiène-beauté. Il adopte les couleurs et la déco Day by Day. Environ 25% de l’offre est bio.

    • Le montant des achats vrac est enregistré par les employés Day by Day sur une carte RFID, qui s’utilise aussi sur les stands boucherie et fromagerie. Elle est présentée en fin de parcours à la caisse et s’ajoute aux achats éventuels de fruits et légumes. L’encaissement est réalisé par les salariés du franchisé, qui sont six sur un total de 12.

    • Didier Onraita, président et co-fondateur de Day by Day, table sur un chiffre d’affaires de 2 M€ d’ici deux ans pour ce nouveau Grand Marché Vrac, avec un panier moyen de 15 à 17 euros pour l’épicerie. Il annonce la poursuite du test des corners vrac en GMS au printemps prochain. Leclerc devrait sans doute faire partie des candidats.

Premier réseau vrac en France avec 68 épiceries, Day by Day poursuit la déclinaison de son concept. Après les boutiques de centre-ville, les shop-in-shops chez Cora, l’enseigne a ouvert ce mardi 15 décembre un magasin de 300 m2 baptisé Grand Marché Vrac à Rennes. Il associe de l’épicerie vrac à une offre de produits frais : fruits et légumes, boucherie et fromagerie, ces deux dernières sous forme de stand traditionnel.

Pour ce magasin d’un nouveau au genre au sein du réseau, Day by Day s’associe à des acteurs locaux, avec un principe de concession : Le Rheu Maraîcher, chez Fanch (crémerie), Le Coin du bon goût (boucherie). Avec une surface de 68 mètres carrés et une implantation au fond du point de vente, l’épicerie vrac est presque discrète. Elle propose une offre de 750 références, y compris liquide et hygiène beauté, comme dans ses boutiques et le corner implanté à Cora Ermont (95).

Day by Day table sur un chiffre d’affaires d’environ 2 millions d’euros en année 2, avec un panier d’épicerie à environ 15 - 17 euros soit peu ou prou la moyenne d’un magasin de centre-ville. "On peut raisonnablement penser que 20 à 25% des clients ne viendront acheter que des produits frais", prévoit Didier Onraita, président et co-fondateur de Day by Day.

Le magasin emploie 12 collaborateurs, dont six salariés du franchisés Day by Day et six personnes dans les rayons en concession.

10.000 € de CA au mètre carré

Un deuxième site pilote est déjà dans les tuyaux dans les Yvelines pour valider le concept avec un possible déploiement en franchise, comme le reste des points de vente. En parallèle, Day by Day poursuit ses ouvertures de magasins de centre-ville à un rythme soutenu.

"Notre objectif est de couvrir tout le territoire avec au moins une implantation par département. Notre parc compte aujourd’hui 68 unités réparties sur 49 départements", précise Didier Onraita. Pour mémoire, un magasin Day by Day occupe en moyenne 53 m² et réalise un chiffre d’affaires de 10.000 € au mètre carré en régime de croisière, au bout de quatre ans. Le record étant détenu par celui rue des Batignolles à Paris avec 700.000 € pour 59 m².

Le corner de Cora Ermont stoppé dans son élan par le covid

Le déploiement des shop-in-shops en GMS reste aussi d’actualité, même si le corner ouvert au cœur du Cora Ermont en août 2019 ne tient pas ses promesses. "Il a fait un bon démarrage avec un panier monté à 12 euros et la visite d’environ 90 clients par jour. Mais le confinement en mars a tout stoppé net, faute de trafic dans l’hyper. Depuis juin, les ventes sont reparties mais sans retrouver les niveaux d’avant", détaille Didier Onraita.

On est donc loin des objectifs de 200 clients par jour espérés en année 2, et l’implantation d’un deuxième corner au Cora de Massy n’a finalement pas eu lieu. Day by Day reste tout de même en discussion avec l’enseigne d’hypermarchés, ainsi d'ailleurs qu'avec d'autres distributeurs.

Un prochain test avec un corner reconfiguré chez Leclerc

De nouveaux tests verront le jour au printemps prochain et Leclerc devrait figurer parmi les nouveaux candidats, avec un corner un peu différent. Sa surface sera plus proche de celle de l'épicerie du Grand Marché Vrac de Rennes (68 m²) que des 120 m² ouverts chez Cora.

"On avait vu grand en pensant que les clients rentreraient avec leur chariot, mais ce n’est pas le cas. L’offre disponible en vrac reste encore limitée aujourd’hui. Il n’y a pas besoin de 120 m² pour proposer 750 codes", affirme Didier Onraita.

Le futur corner vrac devrait être aussi plus ouvert sur le reste de l’hyper et l’encaissement opéré directement par Day by Day. Dans le Cora d’Ermont, le client du vrac se fait remettre son ticket dans un sac scellé. Il est ouvert et gardé par la caissière de l’hyper, qui procède à l’encaissement avec le reste des courses. Pas très fluide… Nul doute qu’un test dans une enseigne à fort trafic comme Leclerc démontrera le vrai pouvoir d’attraction du concept Day by Day.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

  • L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
  • De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
  • Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois