Le nouveau concept Ecomarché

8 septembre 2006 - F.V. avec F. C.-L.

  • Le nouveau concept Ecomarché

    • La façade résume la logique marchande du nouveau concept Ecomarché. Le bardage sera recouvert d’un visuel illustrant une scène de marché. A noter l’icône des halles, reprise en fil rouge en surface de vente. Les premiers tests du concept seront menés à l’automne.

    • Avec son nouveau concept, Ecomarché veut clairement donner la priorité aux produits frais et se positionner comme le « nouveau marché traditionnel ». L’enseigne a pour objectif de proposer un quota produits frais correspondant à près de 56 % de l’offre. L’assortiment en libre-service est développé et les rayons boucherie et charcuterie-traiteur coupe sont maintenus. A noter que le mur au fond du magasin reprend les scènes d’un marché traditionnel déjà utilisées sur la façade. Il est aussi prévu de mettre en avant les marques propres du groupement sur des panneaux : Jean Rozé, Onno, Volaé, Pétrel, etc.

    • L’offre sera boostée en marques de distributeurs : 42 % de PNM/PNF (contre 30 % à date) plus 6 % de premiers prix (3 %). Ce qui permettra de renforcer encore l’agressivité sur les marques nationales. Ecomarché affirme avoir baissé ses prix de 3 % depuis le début de l’année.

    • L’optimisation de la largeur des allées va permettre d’accueillir 5 500 références contre 4 300 auparavant (à surface constante de 650 m2) et de gagner l’équivalent de 37 éléments. Dont 14 supplémentaires grâce au seul passage des surgelés de tombeaux en meubles verticaux.

    • Créé il y a tout juste vingt ans, Ecomarché a longtemps évolué dans l’ombre d’Intermarché ou de Netto. Le concept actuel remonte à 1994. En 2000, l’enseigne avait suivi la singularisation appliquée à Intermarché mais sans concept novateur propre.

Un statut à part entière, une identité propre et un plan de développement personnalisé. Après avoir vécu pendant 20 ans dans l’ombre d’Intermarché, Ecomarché veut sa petite place au soleil. Les ambitions sont affichées, sans être démesurées : 400 magasins à l’horizon 2010 (319 aujourd’hui), avec 30 ouvertures prévues dans les 18 mois à venir. « Ecomarché a suivi la singularisation en 2000, mais n’avait jamais eu de concept novateur propre », explique Hervé Bonnifait, adhérent près de la Rochelle, en charge du marketing.
L’idée est de capitaliser sur l’image des halles et des marchés, sachant qu’Ecomarché palie souvent la disparition des commerces traditionnels dans les zones rurales que cible l’enseigne (5 000 habitants environ). Toute la décoration intérieure et extérieure s’inscrit dans cette logique marchande. A commencer par la façade dont tout le bardage sera recouvert d’un visuel illustrant une scène de marché !
Les premiers tests du concept seront menés à l’automne. Au passage, les Mousquetaires veulent faire évoluer la surface moyenne de 650 à 850 m2 à terme. L’optimisation de la largeur des allées et des améliorations apportées sur le plan mobilier vont permettre d’accueillir 5 500 références contre 4 300 auparavant (à surface constante de 650 m2) et de gagner l’équivalent de 37 éléments. Dont 14 supplémentaires grâce au seul passage des surgelés de tombeaux en meubles verticaux.
En parallèle, l’offre sera boostée en marques de distributeurs : 42 % de PNM/PNF (contre 30 % à date) plus 6 % de premiers prix (3 %). Ce qui permettra de renforcer encore l’agressivité sur les marques nationales. « Sur le créneau 600/800 m2, nous sommes déjà les moins chers et de loin », assure Philippe Boutron, le président d’ITM alimentaire. L’enseigne espère bien doper sa productivité : l’objectif affiché est de passer de 4 600 à 6 000 euros de chiffre d’affaires annuel au mètre carré. De quoi inciter les adhérents à mettre la main à la poche, sachant que l’investissement moyen (hors agrandissement) pour adopter le nouveau concept est évalué à 150 000 euros environ. Une dépense que les Mousquetaires « accompagneront par des aides pour inciter les adhérents à se mettre en projet », assure Philippe Boutron. A son crédit, Ecomarché bénéficie aussi d’une croissance très supérieure à la moyenne des petits supers : + 5,2 % depuis le début de l’année, carburant inclus.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois