Résultats 2021 : exercice (très) difficile pour le groupe Casino

25 février 2022 - Yves DENJEAN

Le groupe Casino a dévoilé ce matin 25 février un chiffre d’affaires 2021 de 14,1 milliards d’euros en France, en recul de 5,4% à magasins comparables hors carburant. Tous les formats sont dans le rouge, à commencer par les enseignes de centre-ville comme Monoprix et Franprix.

2021 n’est clairement pas un bon cru pour le groupe Casino en France. Le distributeur a présenté ce matin 25 février un chiffre d’affaires de 14,1 milliards d’euros en diminution de -7,5% pour son activité retail (hors Cdiscount). À magasins comparables, hors essence et effet calendaire, la chute s’élève à "seulement" -5,4%. "La crise sanitaire 2020-2021 a particulièrement touché les géographies clés du groupe telles que Paris et le sud-est de la France avec la baisse du trafic et des flux touristiques ainsi que les restrictions d’accès", avance comme explications le distributeur.

-3,7% pour Monoprix

Toutes les enseignes sans exception sont dans le rouge. À commencer par celles qui avaient profité de la crise sanitaire un an plus tôt. Après une croissance de +7% en 2020, les ventes de Franprix ont reculé lors de l'exercice 2021 de -7,3% à 1,44 Md€. Celles de Monoprix ont chuté de -3,7% à 4,41 Mds€.
Les enseignes Casino ne sont pas non plus à leur avantage. La branche supermarchés recule de -6,8% à magasins comparables (2,8 Mds€) tandis que les hypers continuent leur descente aux enfers, s’écroulant de -8,9% à 3,2 Mds€. Les cessions de 17 points de vente en 2019 ne peuvent plus désormais servir d’explication au recul de Géant.

La proximité dans le rouge

Même le format porteur de la proximité est en repli significatif : -5,2% à 1,4 Md€. Pour positiver, le directeur financier du groupe David Lubek indique que "la proximité a progressé en volume d’affaires, c’est-à-dire le CA cumulé des intégrés et des franchisés, de +5% sur les 3e et 4e trimestres 2021, ce qui vient valider la politique d’expansion avec 730 magasins ouverts (NDLR : 800 prévus en 2022) l’an dernier."  Pas sûr que l’argument portant sur "l’amélioration séquentielle" de toutes les enseignes du groupe sur les derniers trimestres soit suffisant pour rassurer les marchés.

Baisse de la rentabilité en France

Ces derniers avaient d’ailleurs été prévenus d’une baisse de la rentabilité dans l’Hexagone. Le 22 janvier 2022, le groupe Casino a réalisé un "warning" sur son excédent brut d'exploitation (Ebitda). Contrairement à la croissance promise pour 2021, le groupe de Jean-Charles Naouri a finalement indiqué "une baisse de -1,7% à environ 1.280 millions d'euros contre 1.305 millions en 2020". En cause, une évolution du marché de la distribution alimentaire défavorable "dans des proportions plus fortes qu'attendues en France au quatrième trimestre". L’action Casino a perdu près de 20% depuis cette annonce. En parallèle, Casino déclare vouloir encore réaliser près de 1,3 Md€ de cessions d’actifs en France pour finaliser son plan de désendettement. Lequel se porte au total à 4,5 Mds€.

Le e-commerce en hausse de +15%

Le groupe de Jean-Charles Naouri entend toutefois mettre en exergue le repositionnement de son parc. "Les formats les plus porteurs (premium, proximité, e-commerce) représentent désormais 76% des ventes (+16 pts vs 2018)", indique le distributeur. Il annonce également des croissances sur le circuit online grâce notamment à son activité en Île-de-France avec Ocado, Amazon, etc. : +15% sur le e-commerce (versus +6% pour le marché) et +48% sur la livraison à domicile (vs +25% pour le marché).

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois