Carrefour, Système U et Lidl s’accordent avec les industriels sur le prix du lait

16 février 2021 - Agathe Lejeune

Alors que les enseignes se préparent à la guerre des prix dans un contexte de crise économique, les accords se multiplient, au contraire, pour revaloriser le prix du lait payé aux producteurs. Carrefour, Système U et Lidl contractualisent avec les industriels de produits laitiers.

Pour la troisième année consécutive, la centrale Envergure - structure d’achats commune à Carrefour et Système U - contractualise avec Sodiaal, Yoplait, Lactalis, Savencia et Eurial. Les éleveurs seront rémunérés 375 € les 1000 litres hors primes chez Sodiaal et Yoplait. Ce prix est fixé respectivement à 385 € et 386 € toutes primes confondues pour Lactalis (fromage et ultra-frais) et Savencia.

Le lait de chèvre, lui, sera payé 790 € les 1000 litres chez Eurial (Soignon). Au total, ces contrats portent donc sur un volume de 800 millions de produits laitiers à marque Président, La Laitière, Yoplait, Candia, Caprice des dieux, Tartare ou encore Soignon.

La condition reste la totale transparence

Dans le même temps, Lidl a scellé des accords similaires. S’agissant du lait de vache, l’enseigne, le groupe Lactalis et la coopérative Sodiaal se sont entendus pour rémunérer les éleveurs 370 € les 1000 litres prix de base (385 € toutes primes et qualités confondues). Cette rémunération était fixée à 365 € prix de base en 2020 et 340 € en 2017 avec Sodiaal. 

Le montant concerne les volumes de lait consacrés aux PGC à marques nationales comme pour Envergure, mais aussi les MDD Lidl (Milbona ou Envia). Soit l’équivalent de plus de 465 millions de litres collectés.

Lidl a également renouvelé le contrat passé pour la première fois l’an dernier avec Eurial sur le lait de chèvre. Comme chez Carrefour et U, cette rémunération est fixée à 790 € les 1000 litres (contre 749 € en 2020 pour Lidl). Surtout, le partenariat est étendu cette année à 25 bases logistiques au lieu de 15 il y a un an.

Intermarché roule pour Bel

« C’est avec ce type d’accord que nous pourrons changer la donne en faveur du monde agricole et permettre aux éleveurs de voir l’avenir plus sereinement, se félicite Michel Biero, directeur exécutif des achats Lidl. La condition reste la totale transparence entre les acteurs et notamment la précision du volume concerné par la hausse de prix. »

Intermarché, de son côté, roule pour Bel. Un accord bi-latéral entre l’enseigne et l’industriel a été signé en novembre dernier déjà. Le partenariat concerne 800 fermes adhérentes de l’APBO, l’Association des producteurs de lait de Bel Ouest. La rémunération est fixée à 350 € les 1000 litres (prix de base), auxquels s’ajoute une prime de 21€ pour l’alimentation sans OGM et le pâturage.

Les années précédentes, Intermarché et Netto s’étaient aussi engagés sur le prix du lait avec Savencia et Sodiaal. Mais aucune annonce officielle n’a encore été faite pour 2021. 

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

  • L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
  • De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
  • Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois