Carrefour s’en sort bien dans le dossier Bio c’Bon

13 septembre 2021 - Amaury Beautru

L’Autorité de la concurrence a rendu un avis final favorable concernant le rachat de 100 magasins Bio c’Bon par Carrefour. En excluant les magasins conventionnels de l’analyse de marché, les sages n’imposent à Carrefour que la cession de huit magasins.

Le 13 octobre 2020, soit précisément trois semaines après le dépôt de dossier de Carrefour, l’Autorité de la concurrence avait accordé à titre exceptionnel une dérogation permettant au distributeur de procéder au rachat de Bio c’Bon, sans avoir à attendre la décision finale.

Le spécialiste bio étant placé en procédure de liquidation judiciaire, il y avait urgence. Le groupe d’Alexandre Bompard avait ainsi pu lancer rapidement le chantier d’intégration de Bio c’Bon à son réseau. Cette dérogation ne préjugeait cependant pas de la conclusion de l’instruction et le projet aurait pu tomber à l’eau. Mais Carrefour s’en sort bien.

Les sages ont pris une année pour étudier le dossier. L’objectif : statuer sur l’existence d’un marché bio et trancher sur la perméabilité entre les enseignes spécialisées bio et les grandes surfaces alimentaires conventionnelles, proposant néanmoins des articles bio. L’Autorité s’est appuyé en partie sur des sondages auprès de clients et a conclu à l’existence de deux marchés distincts. Pour analyser les positions de Carrefour, elle n’a donc retenu que ses magasins spécialisés (Carrefour bio et So.bio).

Dans sa décision rendue le vendredi 10 septembre, l’Autorité a validé le rachat tout en relevant dix zones dans lesquelles le nouveau périmètre de Carrefour pouvait porter atteinte à la concurrence et ainsi entraîner des hausses de prix ou appauvrir la diversité de l’offre.

Quatre de ces zones concernent Paris intramuros (rue de Cléry, rue de Bourgogne, rue Lecourbe et rue du Poteau), six la périphérie Ouest de la capitale ainsi que les villes de Toulouse et Nancy  (Levallois-Perret, Puteaux, Toulouse rue des Frères Lion, Toulouse rue Paul Vidal, Toulouse rue Rémusat et Nancy).

Carrefour a signifié à l’Autorité qu’il s’engageait à céder à la concurrence huit points de vente (Bio c’Bon ou Carrefour Bio) dans les zones concernées. L’organisation a pour sa part demandé à valider les repreneurs, exigeant qu’il s’agisse d’opérateurs bio spécialisés.
 

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

  • L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
  • De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
  • Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois