Les surgelés continuent de cartonner

25 mai 2020 - Jade Bidaux

Plébiscités par les consommateurs durant toute la période de confinement liée au covid-19, les surgelés salés et sucrés conservent depuis un bon rythme de croissance. Linéaires fait le point sur cette tendance grâce aux données fournies par Nielsen.

Alors que les surgelés étaient à la peine depuis de nombreuses années (-1% en moyenne chaque année entre 2011 et 2020), ils repartent à la hausse depuis le début de la crise liée au covid-19 en France. Selon Nielsen, les surgelés salés ont atteint une progression de +28% sur toute la période de confinement (du 16 mars au 10 mai). Les surgelés sucrés ont même fait un peu mieux avec +30%. Et cette dynamique ne s’est pas arrêtée avec le déconfinement.

Sur la première semaine de déconfinement, du 11 au 17 mai, les surgelés salés ont continué d’engranger des points avec une croissance de +18% vis-à-vis de la même période un an plus tôt. L’appétit pour les surgelés sucrés ne s’est pas non plus démenti avec +31%, ce qui les place au top des catégories les plus en progression.

Dès le début de la crise, avant même la phase de confinement, les surgelés ont profité de la ruée en magasins des Français. Lesquels étaient désireux de limiter leurs allées et venues en points de vente. Le rayon a ainsi récupéré des consommateurs des rayons frais sur de nombreuses catégories de produits. C’est le cas par exemple pour les légumes cuits (+29% en surgelés contre +16% en frais en mars et avril). Durant les premières semaines du confinement où le soleil était au rendez-vous, les consommateurs se sont tournés vers la viande surgelée (+55%) plutôt que vers la viande fraîche (+26%). Les pizzas surgelées avec +21% ont pour une fois remporté le match contre les pizzas fraîches avec +4%.

« En 10 ans, la part des produits du réfrigérateur dans la consommation a progressé de près de 6 points, au détriment de ceux du placard, explique Nicolas Léger, directeur analytique chez Nielsen.  Cette tendance à consommer des produits frais explique sans doute en partie l’appétence des produits surgelés au détriment des conserves stockées dans les placards. » En effet, le surgelé maintient ainsi sa croissance autour de 30% en mars et en avril alors que les conserves sont passées de +58% à 23%. Les magasins spécialisés en surgelés ont également connu de fortes croissances (+28%) lors des quatre premières semaines de confinement.

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L’expertise du seul magazine spécialiste de l’alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois