Supermarché Match Halluin (59)

Supermarché Match Halluin (59)

  • Une création sur 2 456 m². Ouvert le 29 septembre dernier, le S. Match d’Halluin est une création pure. Il est la locomotive du centre commercial Frunpark. Plus petit, le second S. Match d’Halluin, en centre-ville, est maintenu mais sa surface sera réduite.

  • Un magasin aux dernières normes environnementales. Les abris de chariots sont en bois et les chariots sont fabriqués en plastique recyclé. La partie la plus visible d’un plan d’ensemble tourné vers le développement durable : pilotage automatisé de l’éclairage et de la consommation électrique au sens large, rideaux de nuit aux meubles froids, récupération de chaleur de la centrale froid positive, etc.

  • L’inspiration venue de Belgique. S. Match a dupliqué dans son nouveau magasin d’Halluin son concept de salon de thé-petite restauration « Les Délices de mon moulin », déjà déployé dans ses supermarchés au Benelux. Un niveau de présentation et d’offre rare en supermarché.

  • La cave dès l’entrée. Singularité du S. Match d’Halluin : la cave est située à l’entrée. Là encore, la localisation du magasin, à la frontière franco-belge, explique ce choix. Les Flamands sont très friands de vins français, de champagne et de vins étrangers.

  • Des vins fins et des grands crus à foison. La cave du S. Match d’Halluin propose une large sélection permanente de vins fins et de grands crus. La nombreuse clientèle belge venant en France pour faire le plein de vins français ou étranger, le magasin n’a aucun mal à écouler des caisses entières.

  • Des TG de champagne digne d’un 8 000 m2. Un autre témoignage de la fréquentation hors norme de la cave. Ici, une TG impressionnante de champagne. Mais là encore, le supermarché n’aura aucun mal à l’écouler, les Belges étant très friands de champagne et de vins français.

  • De gros scores sur les liquides. Ouvert le 29 septembre, le S. Match d’Halluin est déjà devenu l’un des plus gros vendeurs d’eau, de vin et de soft-drinks de l’enseigne. La nombreuse clientèle belge se rue sur les palettes, les prix des boissons étant nettement plus attractifs en France.

  • Un concept féminisé. A Halluin, S. Match a voulu présenter une version plus pointue de son concept d’enseigne, notamment en féminisant davantage ses rayons DPH. L’offre sur le reste du non-al, qui n’a jamais été le point fort de l’enseigne, est volontairement limitée.

  • Bientôt un niveau en moins aux PGC. Si le S. Match d’Halluin présente encore des gondoles hautes en PGC, pour les prochaines créations ou rénovations, la volonté de l’enseigne est de supprimer la dernière tablette et de limiter la hauteur à 1,70 m.

  • Une offre en non-al limitée. Hormis pour le DPH, très prisé des clients belges, l’assortiment en non-al est volontairement limité. Le non-alimentaire n’a jamais constitué le point fort de S. Match et le magasin est situé dans le petit centre commercial Frunpark où sont implantés des spécialistes des vêtements ou du bazar.

  • Des produits fermiers. Le S. Match mise beaucoup sur l’offre régionale et sur les produits fermiers. Ici, en TG, une sélection de yaourts (Ferme du Brabant), de beurre et de crème. Elle mériterait toutefois d’être mieux mise en avant.

  • Un design signé AKDV. Le rayon boucherie. Le design du magasin, sobre mais impactant, a été conçu par l’agence AKDV, laquelle a notamment travaillé en 2009 sur la nouvelle identité visuelle des logos des enseignes d’Intermarché. Il avait déjà été étrenné au S. Match d’Hettange Soetrich en Moselle, ouvert en mars dernier.

  • Une signalétique un peu trop sage. Un détail de la signalétique à la boucherie, signalant l’offre en race blanc-bleu-belge et le nom de l’éleveur fournissant le magasin. Elégante, la signalétique, déjà étrennée au S. Match d’Hettange Soetrich en Moselle (ouvert en mars dernier), pêche toutefois par un excès de sobriété. Le magasin ajoutera prochainement des photos de bovins pour donner plus de chaleur et de personnalité au rayon.

  • En direct de Boulogne. La poissonnerie est livrée en direct de Boulogne chaque jour sauf le lundi. Le S. Match d’Halluin réalise de gros scores à la marée. La clientèle est séduite par la richesse de l’offre : oursins, écrevisses vivantes, éperlan de Hollande, etc. A noter que le rayon est brumisé.

  • La touche fraîcheur à la marée LS. Un détail de l’offre au rayon poissonnerie LS. Le magasin a adapté son assortiment pour satisfaire sa clientèle belge frontalière : croquettes de crevettes grises, poissons frits, salades de poissons, etc. A noter la petite touche de fraîcheur avec ce brin de persil et ces tranches de citron dans les barquettes de poisson ou de crevettes.

  • Bergerie : une nouveauté chez S. Match. Une vue élargie des rayons trad de la zone marché. A noter au premier plan la charcuterie et la fromagerie coupe, réunies en bergerie, une disposition originale chez S. Match et qui illustre bien la volonté de l’enseigne de réaffirmer son image de spécialiste des produits frais.

  • Fraîche découpe : digne d’un hyper. Couplée à une machine à jus, la zone de fraîche découpe fait face au rayon fruits et légumes. Tout est préparé sur place, avec une présentation attrayante et des originalités : tranches de tomates agrémentées de mozzarella, banane chocolatée, bouquet de choux fleur de différentes couleurs, etc. L’une des plus grosses sorties est la barquette d’oignons déjà émincés.

  • 25 % d’offre supplémentaire aux fruits et légumes. A Halluin, S. Match a mis le paquet sur les fruits et légumes, l’un de ses points forts historiques. L’offre a été densifiée de 25 %. Elle comporte beaucoup de références complémentaires mais les belles descentes colorées rendent la lisibilité du rayon très facile.

  • Les fruits et légumes présentés à plat. Une autre illustration des belles descentes colorées pratiquées au rayon fruits et légumes, ici avec les tomates. Les produits sont présentés à plat. Plus de 50 % appros en légumes sont issus de maraîchers de la région Nord-Pas de Calais.

  • Une balance tactile en test. L’offre au rayon fruits et légumes ayant été boostée de 25 % pour atteindre environ 450 références, les balances à touches n’étaient pas adaptées au S. Match d’Halluin. L’enseigne teste donc ici une balance tactile.

  • L’ancrage local cultivé. Les produits locaux sont systématiquement mis en valeur dans le magasin, tout comme les partenariats avec des producteurs de la région. Ici, l’exemple d’un producteur de pommes, fournisseur de S. Match depuis douze ans.

  • Un rayon bio à part entière. Pour la première fois chez S. Match, à Halluin, l’essentiel de l’offre en bio (épicerie, frais) est regroupée dans un rayon à part entière, situé le long des fruits et légumes.

  • Bacs fermés aux surgelés. Le rayon surgelés est situé en fin de parcours, après les fruits et légumes. Les bacs sont munis de trappes coulissantes pour éviter les déperditions d’énergie. Un dispositif quasi incontournable aujourd’hui pour les créations ou rénovations de magasins.

  • La volonté d’améliorer l’image prix. S. Match confirme sa volonté de soigner son image prix, en nette amélioration ces derniers mois. Situé dans une zone très concurrentielle, le S. Match d’Halluin est à l’indice 101 contre 105 pour la moyenne de l’enseigne. De grandes affiches en magasin mettent en avant des « coups » comme ici le kilo d’endive à 0,90 €.

  • Un double jeu de chariots. Les Belges viennent en masse acheter de l’eau minérale et des soft-drinks dans les magasins frontaliers français, comme au S. Match d’Halluin. Outre ses chariots en plastique, le magasin propose donc à ses clients des chariots à plateau permettant de séparer packs d’eau du reste des courses.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois