Leclerc Castres

Leclerc Castres

  • David Primault a acquis 7 ha de foncier autour de son magasin. A terme, la zone pourrait compter des moyennes surfaces autour du petit hyper. Pour améliorer l’intégration paysagère de la coque, un bardage en composite façon bois a été appliqué à la façade.

  • David Primault, adhérent du Leclerc Castres : « Jouer la sobriété sur le balisage promo ne nous empêche pas d’être très agressif sur les prix.»

  • Pour cultiver son ancrage local, le magasin a disposé une immense bâche reproduisant les façades des anciennes maisons à colombage dominant l’Agout, la rivière locale, au centre-ville de Castres. Elle domine toute la ceinture frais. Le résultat aurait pu faire vieillot mais ce n’est pas le cas.

  • Le stand marée a fière allure avec ses panneaux muraux en verre, rétroéclairés. Au delà des considérations esthétiques, le banc est grand et l’offre large pour un magasin de 3 000 m2. Un poissonnier expérimenté, qui a écumé plusieurs magasins sur la ville, officie derrière l’étal.

  • Profitant de la proximité avec l’abattoir Bigard, Leclerc propose exclusivement de la viande issue du département sur son petit stand coupe. L’abattoir fourni même l’affichette descriptive des animaux. Les bouchers travaillent presque exclusivement de la carcasse. Les clients peuvent les apercevoir derrière une vitrine prévue à cet effet (au second plan sur la photo).

    Le démarrage est bon : vingt agneaux écoulés en moins d’une semaine.

  • L’affichage des prix des articles en tête de gondole pourrait difficilement être plus discret. Ici, c’est la politique du « zéro affiche » qui est privilégiée. Cela a au moins une vertu : la moindre signalétique en devient très visible/lisible.

  • Le magasin a opté pour le nouveau concept proposé par Danone, qui balise les familles du rayon par des couleurs bien visibles et, surtout, dispose des rampes d’éclairage par spots juste au-dessus de l’allée. Le résultat est plutôt valorisant.

  • Leclerc Castres a joué à fond le jeu du discount sur la zone marché les premières semaines de l’ouverture. A l’instar de ces tomates de provenance locale, en TG, à 79 cts le kilo. On peut difficilement faire mieux. On retrouve quelques prix cassés de ce type sur tous les rayons à service.

  • Faute de professionnels qualifiés, David Primault n’a pas hésité à se simplifier la vie sur la boul-pât. Le pain est cru surgelé et la pâtisserie arrive toute prête. « Je ferai sans doute de l’assemblage plus tard, quand j’aurais trouvé les compétences nécessaires », explique-t-il. Bref, on est pas tout à fait au niveau du reste des produits frais. Ce qui ne l’empêche pas d’écouler 900 baguettes/jour.

  • Cédant à la mode du moment, le petit hyper a habillé ses gondoles de noir sur tout le frais, LS et zone marché, ainsi que sur le rayon vins, misant sur la capacité de cette couleur à mettre en valeur les produits.

  • Pour l’obtention du projet, la mairie de Castres avait mis dans la balance la réhabilitation de l’ancienne piscine municipale, classée, en centre-ville. Un chantier colossal ! C’est ainsi qu’un rutilant Espace Culturel de 1 300 m2, sur trois niveaux, a vu le jour il y a un an. « Les résultats sont un peu en dessous de nos objectifs », reconnaît David Primault.

  • La façade est habillée de panneaux imitant le bois. L’effet est très réaliste et l’objectif atteint : offrir une bonne intégration paysagère au magasin.

  • Le petit hyper fait l’effort de proposer une gamme de rôtisserie : un plat chaud, des produits rôtis, du poulet et des pizzas maison.

  • En dehors des grands temps forts saisonniers, l’allée centrale est réservée trois fois sur quatre à de l’alimentaire, en cohérence avec la superficie du magasin (3 000 m2).

  • Ne cherchez pas un quelconque stop-rayon dans le magasin, ils sont inexistants. La lisibilité de l’offre s’en trouve renforcée et le confort visuel également.

  • Incontournable localement, la saucisse de Toulouse est de fabrication maison, comme le reste des saucisses à la coupe. Les bouchers élaborent aussi des brochettes et des préparations marinées.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois