Les bouchers défendent leur bifteck

12 décembre 2019 - Frédéric Carluer-Lossouarn

Ces dernières années, pour répondre à la demande des végétariens et autres flexitariens, sont apparus en GMS des produits sans viande, à base de protéines végétales. Ils sont parfois implantés au sein même du rayon boucherie.

Les industriels du secteur ont vite dénoncé auprès des pouvoirs publics l’utilisation pour ces produits sans une once de viande de dénominations bouchères comme steak haché, filet, saucisse ou pavé. Ils ont semble-t-il remporté la bataille pour y mettre fin.

Moins de 3% de végétal ?

Lors de la séance du 4 décembre, les députés ont adopté la proposition de loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires. Parmi ces mesures, un article prévoit l’interdiction de l’emploi de mentions bouchères pour les produits à base de protéines végétales. « Les dénominations utilisées pour désigner des denrées alimentaires d’origine animale ne peuvent être utilisées pour décrire, commercialiser ou promouvoir des denrées alimentaires comportant des protéines végétales. » Cette disposition avait été prévue dans la loi EGAlim mais avait été censurée par le Conseil constitutionnel.

Ce projet de loi doit être examiné par le Sénat avant d’être adopté définitivement. Un décret fixera aussi la part de protéines végétales au-delà de laquelle l’usage des dénominations bouchères n’est pas possible. Selon LCP, le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a évoqué le pourcentage de 2 à 3%. Rappelons qu’au rayon hachés, les premiers prix, dénommés « préparations hachées », contiennent aussi des protéines végétales.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois