Covid-19 : La société corse Gloria Maris est sur le front

Après avoir passé une période très difficile début mars à cause du Covid-19, Gloria Maris fait le nécessaire pour maintenir son activité en s’adaptant. Ses partenariats avec la grande distribution permettent au leader français de l’aquaculture marine de limiter la casse.

« Nous connaissons une baisse de seulement 30 % par rapport à l’activité habituelle à cette période de l’année, rassure Stéphane Merida, directeur commercial de Gloria Maris Groupe. Et ce, grâce à nos ventes en grande distribution qui nous ont permis de réaliser un report important de nos poissons destinés à la restauration. » La situation n’était pourtant pas en faveur du leader français des bars et des daurades depuis le début de la crise du coronavirus. La société corse avait observé une baisse de 80 % sur les 15 premiers jours de mars. En cause, l’arrêt de la restauration, qui représente 80 % de ses débouchés, et le recul des ventes de l’ordre de 50 % en grande distribution.

Partenariats renforcés avec Carrefour, Leclerc et Système U

A la suite de ces événements, la plupart des distributeurs ont décidé de se recentrer sur la vente de poissons d'origine France. « Ce qui nous a permis de compenser le manque à gagner de la restauration, ce sont nos échanges avec Carrefour, Leclerc et Système U depuis le début du confinement, affirme Stéphane Merida. Ils nous ont contactés car les consommateurs devaient être demandeurs du terroir français, par soucis de sécurité et de patriotisme. » Carrefour a en effet décidé d’orienter la majeure partie de ses achats de bars et de daurades royales d’élevage sur le France avec Gloria Maris, son partenaire FQC.

Pour sa part, Système U avait fait le choix de fermer une partie de ses bancs marée traditionnels durant la semaine du 16 au 22 mars et les rouvre petit à petit. Ces rayons proposent, entre-autre, des produits de la société Corse, permettant de renforcer les discussions entre les deux acteurs.

Les liens se sont également accentués avec Leclerc qui fait aussi appel à Gloria Maris pour faire face à cette situation inédite. Ce partenariat s’ajoute d’ailleurs à d’autres engagements de l’enseigne pour la filière pêche. Toutes les importations sont stoppées afin de garantir un prix d’achat convenu avant même les sorties en mer, pour inciter les pêcheurs à poursuivre leurs activités. Par ailleurs, depuis le samedi 28 mars, les magasins proposent des réductions de 20 % en ticket E.Leclerc sur tous les poissons labellisés « Pavillon France ».

Effet d'aubaine grâce à la GD

La grande distribution est donc actuellement l'un des seuls débouchés pour la société corse, alors que ce circuit ne représente que 20 % de son chiffre d’affaires habituel. Des adaptations ont été nécessaires pour les deux parties. A commencer par la taille des produits. « Les poissons que nous proposons aux enseignes sont plus gros que ceux de d’habitude car nous devons écouler ce qui était prévu pour la restauration », explique le directeur commercial de Gloria Maris Groupe. Afin de mieux répondre aux attentes des consommateurs et des distributeurs, le leader français de bars et de daurades accélère sur ses projets de formats libre-service type filets, barquettes et de surgélation. « Nous avions déjà ces projets d’alternatives auparavant, déclare Stéphane Merida. Cette situation est donc pour nous l’occasion de les développer plus rapidement car ce sont des produits plus faciles à mettre en œuvre ce qui nous permet de répondre aux nouvelles attentes de la grande distribution et certainement à celles de la restauration à l'avenir. »

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois