Carrefour visé par des ONG pro-palestiniennes

17 novembre 2022 - Frédéric Carluer-Lossouarn

Un magasin franchisé Carrefour Market en Israël. Photo : Electra Consumer Products.

Carrefour se retrouve mêlé à une polémique sur le sujet explosif des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés par l’Etat hébreu. Dans un communiqué commun, un collectif* de sept ONG et syndicats (dont la CGT) accuse Carrefour d’être "complice et acteur de la colonisation israélienne".

Ces ONG dénoncent la vente de produits de la marque Carrefour dans des supermarchés de la société Yenot Bitan. Selon le collectif, des magasins de ce distributeur sont situés dans des colonies israéliennes en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis la guerre des Six Jours en 1967.

Une grosse prise de risque

Carrefour n’est pas présent directement en Israël, ni dans les territoires palestiniens. En revanche, il a noué en mars dernier un accord de franchise avec la société israélienne Electra Consumer Products (groupe Elco). Sa filiale GMS, Yenot Bitan, compte plus de 150 supermarchés.

L’accord prévoyait le passage sous enseignes du Français (Carrefour, Carrefour Market, Supeco, Atacadao) de premiers points de vente de Yenot Bitan avant la fin de cette année. Les produits Carrefour sont déjà commercialisés dans ses magasins. Cette décision de Carrefour de signer un partenariat de franchise en Israël n’était pas sans risques étant donné le contexte géopolitique très sensible dans la région et les mouvements de protestation pro-palestiniens très actifs en France.

Les produits Carrefour sont vendus dans les magasins du distributeur israélien Yenot Bitan.

Mettre fin au partenariat

Le collectif pro-palestinien estime que Electra Consumer Products et Yenot Bitan sont "des acteurs directs et indirects de la colonisation de la Palestine par Israël, crime de guerre condamné par l’ONU". Il exige que Carrefour mette fin à ce partenariat.
Interrogé par Linéaires, Carrefour fourni cette ligne de défense : "Nous rappelons que Carrefour n’a qu’un rôle de franchiseur en Israël. Le groupe n’exerce aucune activité directement dans le pays et n’a aucune participation capitalistique dans Yenot Bitan." Carrefour ajoute qu’une rencontre avec le collectif à l’origine de cette polémique est prévue prochainement.

*Association France Palestine Solidarité, Al-Haq, CGT, Fédération commerces et services de la CGT, Ligue des droits de l’Homme, Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, Union syndicale Solidaires.

 

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois