A 17h hier, Intermarché avait réalisé le chiffre d’affaires d’une journée de Noël

17 mars 2020 - Patricia Bachelier

« Nous avons réalisé hier à 17h le chiffre d’affaires d’une journée de Noël. » Prononcée hier par le président d’Intermarché Thierry Cotillard au micro de RTL, cette phrase résume bien la folie qui a régné hier dans les supers et hypermarchés. Tous ont été pris d’assaut par des clients plus qu’inquiets par les rumeurs de confinement annoncé, et bel et bien confirmé par le président Macron dans la soirée.

« Il faut rassurer les clients et leur redire qu’on ne risque pas de pénurie, car les industries alimentaires tournent à plein, les magasins restent ouverts et les gens pourront s’y déplacer », a tenu à préciser Thierry Cotillard. Intermarché comme l’ensemble des enseignes, réunies à Bercy ce dimanche, a obtenu plus de flexibilité sur le travail pour encaisser l’explosion des ventes. « Il y a 20 millions de bouche à nourrir en plus du fait de la fermeture des écoles et des restaurants. Mais nous y arriverons car nous avons l’autorisation de travailler le dimanche et la nuit. Nous avons pu aussi déplafonner les heures supplémentaires. »

Le rationnement n’est pas à l’ordre du jour chez Intermarché pour éviter la psychose, même si bon nombre de clients ont manqué de civisme, entassant sans scrupules dans leur chariot des monceaux de papier toilette et paquets de pâtes. L’enseigne a néanmoins pris des mesures concrètes, vis-à-vis des salariés et des clients.

Heures dédiées aux personnes fragiles

Les magasins sont ainsi invités à limiter les flux en incitant les clients à venir seuls faire les courses. Les créneaux d’ouverture dédiés aux personnes âgées et fragiles, déjà proposés par certains points de vente du groupement, devraient se généraliser. Thierry Cotillard a aussi demandé aux adhérents d’installer des vitres en plexiglas pour protéger les hôte(sse)s de caisse et fait valoir le besoin d’échanger les bonnes pratiques, y compris entre enseignes.

« Il y a une vraie union sacrée aujourd’hui entre distributeurs. Nous avons déjà élaboré un guide commun, mais il ne faut pas hésiter à aller plus loin. Il n’y a pas de sujets de concurrence, seulement des sujets d’utilité publique. » Les caméras des chaînes de TV montraient d’ailleurs hier soir des employés de caisse équipés de casques dotés de visières. Une mesure peut-être plus facile à mettre en oeuvre que la pose de plexi sur les meubles.

 

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois