Les 10 infos incontournables de Natexpo en images

25 octobre 2019 - Amaury Beautru

Solutions magasins, tendances, nouveaux produits, Linéaires fait le point sur ce qu’il ne fallait pas rater à Natexpo, le salon du bio, qui s'est tenu du 20 au 22 octobre à Paris.

  • Les incontournables de Natexpo 2019

    • Le petfood veut aussi sa place en vrac. Fabricant d’agencement durable pour la distribution, Azélan introduisait sur le salon son premier concept de petfood vrac. Côté aliment, Ma patte bio présentait son offre de gros conditionnements, ses sacs n'excédant pas 5 kg pour préserver l’appétence du produit, déterminante en petfood.

    • Les boissons fermentées ont le vent en poupe. On ne comptait plus les stands qui proposaient du kombucha ou du kefir. Le Labo Dumoulin faisait partie de ces exposants. Il défend le kefir frais avec une DDM de 3 mois et une conservation au froid pour assurer le caractère "vivant" du produit.

    • Des paniers hybrides en plastique et bois. L’Italien Plastimark présentait sur son stand un panier réalisé à partir de plastique recyclé (50 %) et de bois issu de palettes (50 %). Le matériau est résistant puisque le panier de 33 l permet de supporter 35 kg. Comptez un surcoût de l’ordre de 10 %, soit environ 9 € la pièce.

    • Dans sa quête de réduction du plastique et pour répondre à la réglementation qui vise à interdire les pailles en plastique, Vitamont fait simple en la supprimant purement et simplement. Ici, pas de substitut en bambou ni métal, la brique présente seulement une languette qui couvre un trou un peu plus large qu’à l’accoutumée pour pouvoir y boire directement.

    • L’Italien Eurocompany, spécialiste des graines et fruits séchés, a trouvé une alternative vegan au fromage en substituant le lait par des fruits à coque. Ce Fermentino est obtenu par la fermentation de noix de cajou et de macadamia, grâce à l’action du Penicillium Candidum et porte la marque Camelia.

    • L’okara désigne les résidus d’oléagineux, graines, céréales ou légumineuses obtenus lorsque l’on réalise un lait végétal. Cette pulpe renferme des atouts nutritionnels avérés et l'utiliser sert la lutte contre le gaspillage. Chez Soy, c’est naturellement la pulpe de soja que l’on récupère et qui remplace les œufs, le beurre ou le lait, suivant la recette.

    • On connait tous le kit à bière. Radis et capucine a, depuis 20 ans d'activité, largement étoffé son offre avec des kits plus originaux comme celui pour faire son beurre, son fromage, ses sauces, etc. L'entreprise fournit notamment Natures & découvertes ainsi que les circuits bio spécialisés.

    • Pour éviter le recours à de la présure animale, bannie par le régime végétarien, des alternatives avec des coagulants végétaux ont été mises au point. Mais elles sont pour l’instant l’apanage des petits artisans seulement, comme Les fromagers Tarnais. Sans être nouvelle, la pratique encore confinée s’inscrit durablement dans la tendance.

    • Face à l'essor des allergies alimentaires, Matatie voit large et allègue sur l’absence de 14 allergènes les plus fréquents sur son offre de goûters, ici un moelleux avec pépites de chocolat. Le produit est donc naturellement certifié gluten free et vegan.

    • Entre petfood et nourriture humaine, la frontière s’affine. Ma patte bio en est une illustration. Sa formulation et son emballage reprennent beaucoup des codes et arguments de l’industrie alimentaire : décomposition en images de la liste d’ingrédients simplifiés ou encore précision de l’usage de poulets frais élevés en plein air. Sans même parler du graphisme.

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L’expertise du seul magazine spécialiste de l’alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois