L’embargo russe suscite des réactions de soutien pour les fruits et légumes

Le blocage des importations de produits occidentaux par la Russie a déclenché plusieurs réactions de soutien en Europe. Bruxelles vient de débloquer 125 M€ pour les fruits et légumes et des consommateurs défendent spontanément les productions nationales.

La commission européenne a annoncé le 18 août qu’elle piocherait dans sa réserve de crise pour venir en aide aux producteurs d’une douzaine de fruits et légumes au cœur de leur saison et ne pouvant pas être stockés : tomates, carottes, choux blancs, poivrons, choux-fleurs, concombres et cornichons, champignons, pommes, poires, fruits rouges, raisins de table et kiwis.
La mesure a pris immédiatement effet et sera maintenue jusqu’à la fin novembre, alors que l’embargo annoncé par Vladimir Poutine court pour un an. Les ministres européens de l’Agriculture ont d’ores et déjà prévu une réunion exceptionnelle le 5 septembre à Bruxelles pour faire un point sur l’impact de cet embargo prononcé à l’encontre de l’UE mais aussi des Etats-Unis, du Canada, de la Norvège et de l’Australie.

La France profitera cependant peu de l’aide européenne, accordée en priorité aux plus importants fournisseurs de la Russie : la Pologne, la Lituanie, les Pays-Bas et la Belgique. L’embargo russe peut cependant susciter des élans de sympathie de la part de consommateurs à l’image de la Belgique.

D’après l’initiative de consommateurs belges, les internautes étaient invités à détourner le principe du selfie, c’est-à-dire se prendre soi-même en photo, cette fois-ci en croquant dans une poire. Des milliers de personnes se sont prêtées au jeu et ont partagé leurs photos sur les réseaux sociaux à l’aide des hashtags (mots clés) #peerfie, #ShareAPear ou #PeerVoorPoetin (une poire pour Poutine).

Cette campagne impromptue mais réussie a eu un fort impact sur les ventes, à en croire les professionnels des fruits et légumes contactés par Courrier International.

Une opération similaire a eu lieu en Pologne, cette fois ci pour des pommes. La campagne "An apple a day keeps Putin away" (une pomme par jour tient Poutine éloigné), inspirée de l'expression anglaise "apple a day keeps the doctor away", a mobilisé les célébrités, hommes politiques et journalistes. Ceux-ci se prenant en photo avec une pomme pour défendre la cause des producteurs.

On pourrait alors imaginer, même si elles seraient moins spontanées, que des initiatives de ce type pourraient avoir le même effet en France.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois