Qui est vraiment Aldi ?

4 octobre 2010 - F. Carluer-Lossouarn

  • Aldi Süd (Allemagne et Suisse)

    • Deux groupes scindés juridiquement

      Deux groupes scindés juridiquement :

      Aldi est scindé en deux groupes distincts juridiquement : Aldi Nord (dont dépend la France) et Aldi Süd. Les deux cousins se sont partagés l’Allemagne, l’Europe et le Monde. Ici, l’enseigne en Suisse (Aldi Süd).

    • Une ambiance plus lumineuse

      Une ambiance plus lumineuse : Une vue d’un magasin flambant neuf d’Aldi Süd à Weil am Rhein en Allemagne, près de la frontière française. L’ambiance est plus lumineuse, moins blafarde que dans les Aldi français même si l’agencement reste très sobre. A noter, au fond à droite, les cartons de Balisto, l’une des grandes marques vendues chez Aldi Süd.

    • Des tablettes rétro-éclairées

      Des tablettes rétro-éclairées : Une autre aspect de l’aménagement plus marchand chez Aldi Süd. Les tablettes à la parfumerie sont rétro-éclairées.

    • Une offre plus large en frais

      Une offre plus large en frais : Le rayon ultra-frais du Aldi allemand de Weil am Rhein. Là aussi, les tablettes sont rétro-éclairées, comme dans un supermarché classique. Plus grand qu’un Aldi français type, le magasin présente une offre élargie en frais.

    • Des bacs surgelés plus gais

      Des bacs surgelés plus gais : Une vue des bacs tombeaux. Comme en France, ils renferment les surgelés mais aussi la boucherie-volaille. A noter que les meubles sont surmontés de photos rétro-éclairées de produits.

    • Aldi Süd ouvert aux marques

      Aldi Süd ouvert aux marques : Si Aldi Nord propose une petite sélection de marques allemandes (dont les bonbons Haribo), son cousin Aldi Süd propose une vingtaine de produits de grandes marques : Kinder pingui, Mars, Snickers, Grand Marnier, Actimel, Babybel, etc.

    • Les barres de Mars

      Les barres de Mars : Un autre exemple de grandes marques chez Aldi Süd : les barres Mars et Snickers du géant américain Mars. La plupart des marques proposées par Aldi Süd concernent l’épicerie et plus précisément la confiserie.

    • Un coin « bonnes affaires » plus grand

      Un coin « bonnes affaires » plus grand : Plus grand qu’un Aldi Français, le Aldi allemand de Weil am Rhein dispose d’un vaste espace de bacs de fouille « bonne affaires », sur deux rangées.

    • Des congélateurs chez Aldi

      Des congélateurs chez Aldi : Les bonnes affaires d’Aldi Süd ne se limitent pas au bazar léger. Cet Aldi allemand d’environ 1 200 m2 commercialise même des congélateurs, simplement posés sur leur palette d’origine.

    • Des blondes aux caisses

      Des blondes aux caisses : Une vue des caisses du Aldi allemand de Weil am Rhein. Aldi Nord et Aldi Süd vendent des grandes marques de cigarettes aux caisses mais les paquets ne sont pas en libre-service, conditionnés dans une armoire fermée disposée le long du tapis de caisse.

    • Des mini-centres commerciaux

      Des mini-centres commerciaux : L’entrée d’un Aldi flambant neuf à Bâle en Suisse. Le magasin est accolé à un spécialiste du non-al (Müller) dans un petit centre commercial. A Weil am Rhein en Allemagne, le Aldi est associé au discounter textile Kik.

    • Un rayon boul-pât simple mais séduisant

      Un rayon boul-pât simple mais séduisant : L’entrée d’un magasin d’Aldi Suisse. On remarque à droite la présence d’un rayon boul-pât simple mais séduisant. Le discounter y vend du pain (dont du pain bio) et des spécialités suisses comme des bâtons aux amandes ou des rondelles à la vanille.

    • Des spots au plafond

      Des spots au plafond : Le Aldi suisse de Bâle est à mille lieues de l’univers morne des Aldi français. L’éclairage est généreux. On remarque au plafond la présence de spots, en plus des néons.

    • Une offre de téléphonie

      Une offre de téléphonie : Aldi Süd propose une offre de téléphonie mobile, présentée ici dans une petite vitrine au cœur même d’un magasin d’Aldi Suisse.

    • Plus de confort d’achat

      Plus de confort d’achat : Ce magasin suisse d’Aldi Süd met à la disposition de ses clients une glace pour l’essayage des vêtements. Un luxe à l’échelle d’Aldi.

    • Les Suisses raffolent du bio

      Les Suisses raffolent du bio : Aldi Suisse met l’accent sur le bio, avec ses produits « Natur Activ » : à l’épicerie, à la boulangerie mais aussi aux produits frais. Ici, du salami bio.

    • La panoplie Ferrero

      La panoplie Ferrero : Cet Aldi suisse de Bâle vend une panoplie de produits stars de Ferrero : Nutella, œufs Kinder surprise, Ferrero rocher, Kinder pingui, etc. Si les prix de ces produits sont attractifs dans les magasins allemands d’Aldi Süd, ce n’est pas le cas ici pour les produits à base de chocolat.

Aldi, un empire bicéphale

Aldi, un empire bicéphale

Le décès de Theo Albrecht (88 ans), le 24 juillet dernier, a été largement relayé par la presse mondiale. Les journalistes ont rappelé le parcours des frères Albrecht, Theo et Karl (90 ans), co-fondateurs d’Aldi. En 1946, ils avaient pris les rênes de l’épicerie familiale d’Essen et conçu un concept discount dépouillé, révolutionnaire pour l’époque.

Tout a été dit sur le concept d’Aldi, son organisation logistique quasi industrielle, ses produits d’un excellent rapport qualité-prix ou sur ses relations viriles mais correctes vis-à-vis de ses fournisseurs. Mais malgré cette avalanche d’articles, Aldi reste l’une des sociétés les plus secrètes au monde. Linéaires lève un coin du voile enveloppant ce distributeur méconnu en France.

1 – Qui contrôle Aldi ?

En 1960, Aldi s’est scindé en deux : à Theo le nord de l’Allemagne et à Karl le sud. Les théories divergent sur les raisons de ce Yalta du discount. Les uns affirment que Karl refusait de vendre des cigarettes par crainte d’attirer les barboteurs, les autres disent que les deux frères voulaient ainsi éviter de se déchirer un jour, d’autres enfin que la scission a permis aux frères Albrecht d’échapper à de trop lourdes taxes. Les deux frères se sont donc partagés l’Allemagne puis l’Europe et le reste du monde.

Quoi qu’il en soit, Aldi Nord et Aldi Süd sont deux sociétés juridiquement distinctes. Elles ne consolident pas leurs achats. Malgré tout, selon nos informations, elles s’échangent les conditions d’achat de leurs fournisseurs. Les deux branches ont une offre commune en téléphonie (« Aldi talk ») et collaborent sur les voyages ou le développement de photos sur internet.

Le capital des deux sociétés est entièrement contrôlé par les deux branches de la famille Albrecht. Pour éviter tout risque d’éclatement, il est consolidé dans deux fondations. « Les héritiers ne peuvent pas vendre leurs parts », affirme ce journaliste allemand.

2 – Qui est le patron opérationnel d’Aldi Nord ?

Harmuth Wiesemann, le patron d'Aldi Nord

Harmuth Wiesemann, le patron d'Aldi Nord

Comme Theo Albrecht, Harmuth Wiesemann (ici en photo/GMA) affectionne de rester dans l’ombre. Son nom est rarement cité par la presse française. C’est pourtant le patron opérationnel d’Aldi Nord dont dépendent les Aldi français.

Agé de 65 ans, Wiesemann est entré chez Aldi à 14 ans seulement. Il passe pour être un conservateur et un légitimiste, fidèle au concept épuré de Theo Albrecht. En Allemagne, il a la réputation d’être dirigiste. « Il règle tout dans les moindres détails, le management n’a plus qu’à exécuter ses ordres, affirme ce spécialiste allemand du secteur. Il va jusqu’à définir à quelle hauteur les affiches vantant les offres spéciales doivent être suspendues en magasin ».

La moindre dépense est sous-pesée au siège : « Pour la moindre vis, ils calculent ce que cela va coûter à l’échelle de l’ensemble du parc. »

Pour autant, contrairement aux idées reçues, Aldi laisse aussi un peu d’autonomie au terrain. Aldi Nord et Aldi Süd sont subdivisées en régions (une trentaine chez Aldi Nord en Allemagne). Ces structures régionales, juridiquement indépendantes, ont la responsabilité de leur expansion et peuvent tester de nouveaux produits. « Un cadre régional peut aussi piloter un sujet pour tout le groupe », ajoute cet observateur.

3 – Quelle est la différence entre les magasins d’Aldi Nord et d’Aldi Süd ?

Au sud-est de Mulhouse, au carrefour des frontières française, suisse et allemande, Linéaires a visité trois Aldi flambants neufs. Le premier, côté français, à Saint-Louis, est en tous points semblable aux autres Aldi français. Même lumière crue tombant des néons et même agencement tristounet.

A quelques kilomètres de là, à Weil am Rhein en Allemagne, le magasin d’Aldi Süd, plus grand (environ 1 200 m²), est accolé à un discounter non-al dans un petit centre commercial. L’offre y est plus large. On y trouve même des réfrigérateurs. La présentation est plus chaleureuse. Les bacs de surgelés et de viande sont agrémentés de photos de produits et, comble du raffinement à l’échelle d’Aldi, les tablettes de produits frais et de parfumerie sont rétro-éclairées.

Aldi Süd va encore plus loin en Suisse. A l’ouest de Bâle, un Aldi récemment ouvert est à cent lieux de l’univers blafard des Aldi français. Des spots s’ajoutent aux néons et des ouvertures laissent entrer la lumière du jour.

Les Suisses y trouvent une offre très fournie en produits bio « Natur activ ». Un rayon boul-pât séduisant propose du pain bio et des gourmandises helvètiques : bâton aux amandes, rondelles à la vanille, etc. Un miroir est même à disposition pour les clients souhaitant essayer les vêtements proposés dans le coin des bonnes affaires. Bref, un supermarché presque comme les autres. Mais surtout, Aldi Süd se distingue de son cousin par sa sélection de grandes marques : Mars, Ferrero, Actimel, Babybel, etc.

Pour aller plus loin

A lire dans le numéro d'octobre de LINEAIRES

  • L'enquête de la rédaction sur Aldi
  • Les chiffres clés d'un empire bicéphale

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois