Le Marché bio Leclerc prend ses marques à Erstein (67)

5 mars 2019 - Benoît MERLAUD

  • Le Marché bio Leclerc Erstein (67)

    • Dans un retail park Le Marché bio Leclerc d’Erstein (67) n’est pas installé sur le parking du Leclerc d’Erstein mais dans un retail park à proximité. Il côtoie d’autres concepts spécialisés de l’enseigne : Espace culturel, Jouet, Sport.

    • Epouser l’ambiance des magasins bio Une vue générale de la surface de vente. Aérée, avec de larges allées, elle reprend les codes de l’univers des magasins bio avec l’habillage en bois clair des rayons. On aperçoit au centre la bergerie trad.

    • Le bois omniprésent Le rayon fruits et légumes est situé immédiatement à droite de l’entrée. Avec toujours des emprunts aux codes du bio : éventaires à l’ancienne, cageots et caisses en bois.

    • Des adaptations locales Comme souvent chez Leclerc, les adhérents conservent de la souplesse par rapport au concept de base Le Marché bio. L’adhérent d’Erstein a ainsi choisi ce mobilier réfrigéré pour les salades, tomates, champignons, etc. La présentation est qualitative.

    • Une offre vrac surdimensionnée Les clients ont l’embarras du choix au vrac avec cette impressionnante enfilade de trémies d’épicerie : pâtes, céréales et légumes secs, grains de café, thés, cacao en poudre, farines, sucre de canne, bonbons, etc.

    • Gondoles à mi-hauteur à l’épicerie A l’épicerie, le concept privilégie les gondoles à mi-hauteur, complétées par de grands rayonnages adossés aux murs. A noter le sol en béton ciré.

    • Les têtes de gondole dans l’ambiance Les têtes de gondole sont dans l’ambiance du concept bio, avec toujours une dominante de bois clair et la mise en scène de cageots.

    • Des marques référentes du circuit bio Le Marché bio compte essentiellement des marques référentes des magasins bio spécialisés. A commencer par Bonneterre, omniprésente dans le magasin.

    • Quelques marques bio présentes en GMS Si l’assortiment est essentiellement composé de marques réservées aux magasins bio spécialisés, on remarque ça et là quelques marques bio présentes aussi en GMS : ici Amy’s, mais aussi Babybio, Yooji.

    • Les producteurs locaux en vedette Dans tout le magasin, des affichettes photos mettent en avant les producteurs de la région. Ici, les confitures alsaciennes de la maison familiale Beyer à Pfastatt (68).

    • Une signalétique marquée mais pas de comparatif prix La signalétique accompagnant le concept Le Marché bio est régulièrement relayée dans le magasin. En revanche, aucune communication sur le positionnement prix du magasin par rapport à la concurrence.

    • Une cave mise en scène La cave est immanquable avec sa mise en scène dans ces cagettes en bois. On aperçoit à gauche le stand vrac liquides Jean Bouteille.

    • Une bergerie trad/fabrications maison Au centre du magasin : la bergerie trad/préparations maison. Deux employés y composent sandwichs, pizzas, quiches, tartes et soupes. Au premier plan, l’offre boul-pât-viennoiseries en libre-service. Le pain est cuit sur place.

    • Deux employés pour les fabrications Une vue du cœur de la bergerie où s’affairent les employés chargés des fabrications maison.

    • Un rayon fromage à la coupe L’arrière de la bergerie donne sur un rayon fromage mêlant coupe et frais-emballé.

    • Un choix limité à la boucherie-volaille Le choix est limité à la boucherie. Il s’appuie essentiellement sur l’offre bio de Kermené (l’abattoir de Leclerc) et sur des producteurs régionaux alsaciens : Bruno Siebert, principal volailler du Grand Est, et Thierry Schweitzer en porc.

    • Un stand ateliers-dégustations Le Marché bio d’Erstein compte une autre aspérité, dans le prolongement de la bergerie : un espace ateliers dont le mobilier est amovible où sont organisés chaque semaine des animations-dégustations avec des producteurs locaux, des ateliers de diététique et des cours de cuisine. Ils sont animés par un naturopathe et une diététicienne, membres de l’équipe de dix salariés.

    • Un stand vrac liquides Jean Bouteille La cave est équipée d’un stand vrac liquides Jean Bouteille : vins, huiles.

    • Une présentation soignée Un autre exemple du soin apporté au design, avec cette dominante de bois pour le rayon œufs (avec offre vrac) et le lait.

    • Une offre courte aux surgelés Le rayon surgelés, à l’assortiment un peu court. On distingue à droite les armoires fermées pour l’offre de charcuterie-traiteur et la crémerie LS.

    • Peu de choix au babyfood Le babyfood est un autre rayon où l’offre manque clairement de diversité. Ici un rayon entier dédié à la marque Babybio.

    • Un corner DPH-compléments alimentaires En fin de parcours, traité en shop in the shop : l’espace DPH, beauté, compléments alimentaires.

    • Un espace de consommation sur place A droite après les caisses, l’espace de restauration sur place des produits achetés en magasin, notamment au stand trad. Avec un coin café et, au fond, une terrasse pour la belle saison.

Après le tout premier à Saintes, ouvert en octobre, le second Le Marché bio Leclerc a été inauguré le 19 décembre dernier à Erstein (Bas-Rhin), près de Strasbourg. L’adhérent, Philippe Amann, ne l’a pas installé sur le parking de son hyper mais un peu plus loin, sur un retail park où il compte déjà d’autres concepts Leclerc : Espace culturel, Jouet, Sport.

Plus grand qu’à Saintes (400 m²), le Marché bio d’Erstein jauge 590 m², le concept pouvant varier entre 300 et 700 m². Les éléments clés du design sont là. On y retrouve cette même dominante de bois clair (rayonnages, caisses bois) ainsi que certains codes symboliques comme les sacs cabas en tissu, pour épouser l’image du bio. « Nous allons ajouter des murs végétaux à l’intérieur du magasin, de part et d’autre des portes », ajoute Philippe Amann. Banale, la façade mériterait un habillage plus travaillé pour la distinguer des concepts non-al voisins.

Du fait maison

La configuration rappelle celle de l’unique Auchan bio de Marquette-lez-Lille (59). Avec à droite en entrant les fruits et légumes et, le long du mur, une impressionnante rangée de trémies vrac. Pas moins de 240 références sont proposées. Du sec (pâtes, céréales et légumes secs, café, thés, bonbons, etc.) et deux stands Jean Bouteille : l’un près de la cave (vins et huiles à la tireuse), l’autre au DPH (lessive, liquide vaisselle, gel douche, etc.).

 

 

 

Le Marché bio Leclerc Erstein en bref

- Inauguré le 19 décembre 2018.

- Adhérents : Sandrine et Philippe Amann, Centre E.Leclerc d’Erstein (67).

- Superficie : 590 m².

- 3 caisses.

- 5 500 références 100 % bio, essentiellement des marques réservées aux enseignes de magasins bio.

- 240 références de vrac : épicerie, huiles, vins, DPH.

- 10 employés dont 1 diététicienne et 1 naturopathe.

 


 

Exemples de prix relevés (09/01/2019)

Fruits et légumes :

- Pommes gala origine Alsace (calibre 115 +, cat II) : 2,49 €/kg.

- Pommes granny smith origine Alsace (cat II) : 2,59 €/kg.

- Bananes origine Rép. Dominicaine (cat II) : 2,69 €/kg.

- Chou blanc origine Alsace (cat II) : 2,99 €/kg.

- Carottes lavées origine France : 2,39 €/kg.

Frais :

- Sandwich jambon/emmental fait maison : 3,20 €.

- Entrecôte bœuf origine France Kermené : 29,38 €/kg.

- Pavés de rumsteak origine France Kermené : 22,82 €/kg.

- Poulet PAC fermier origine France Bruno Siebert : 12,50 €/kg.

- Oeufs origine Alsace en vrac : 0,53 € l’unité.

- Lait stérilisé UHT entier origine France Bonneterre 1 l : 1,92 €.

- Camembert au lait pasteurisé Bonneterre 250 g : 3,40 €.

- Galettes croc tofou montagnard Soy 200 g : 3,44 €.

Fromage coupe :

- Emmental au lait cru Roussey : 22,85 €/kg.

- Comté 6 mois : 22,49 €/kg.

Epicerie :

- Pâte à tartiner type Nutella Bonneterre 350 g : 5,92 €.

- Biscuits petit normand nappés chocolat noir Bonneterre 150 g : 3,47 €.

- Nids d’Alsace Bonneterre 250 g : 3,86 €.

- Farine précuite de quinoa Priméal 250 g : 4,69 €.

- Petits boudoirs à l’huile essentielle d’orange douce Babybio 120 g : 2,93 €.

Stand vrac liquides Jean Bouteille

- Huile d’olive vierge extra origine Espagne : 7,99 €/l.

- Huile de colza vierge origine France/UE : 6,50 €/l.

- Vin rouge AOP Côtes du Rhône 2017 : 6 €/l.

Source : Linéaires, produits 100 % bio.

 

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L’expertise du seul magazine spécialiste de l’alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois