Le magasin idéal existe déjà

Le magasin idéal existe déjà

  • C’est devant un stand traditionnel que le client juge le professionnalisme d’un magasin. Autant… lui en mettre plein la vue. Evidemment, il faut pouvoir recruter ou former du personnel de bon niveau, mais le jeu en vaut la chandelle. Sans aller forcément jusqu’à cultiver l’esprit « grande cuisine » qui prévaut notamment dans le Monoprix huppé de la rue de Vaugirard à Paris (ci-contre à gauche). Le simple fait de préparer les aliments sous les yeux des clients, en soi, produira toujours bien plus d’effet que la meilleure des PLV (photos de droite : Auchan et Monoprix). Le « must » en la matière, à condition de pouvoir gérer les pointes de trafic, consistant à préparer à la demande.

  • C’est devant un stand traditionnel que le client juge le professionnalisme d’un magasin. Autant… lui en mettre plein la vue. Evidemment, il faut pouvoir recruter ou former du personnel de bon niveau, mais le jeu en vaut la chandelle. Sans aller forcément jusqu’à cultiver l’esprit « grande cuisine » qui prévaut notamment dans le Monoprix huppé de la rue de Vaugirard à Paris (ci-contre à gauche). Le simple fait de préparer les aliments sous les yeux des clients, en soi, produira toujours bien plus d’effet que la meilleure des PLV (photos de droite : Auchan et Monoprix). Le « must » en la matière, à condition de pouvoir gérer les pointes de trafic, consistant à préparer à la demande.

  • C’est devant un stand traditionnel que le client juge le professionnalisme d’un magasin. Autant… lui en mettre plein la vue. Evidemment, il faut pouvoir recruter ou former du personnel de bon niveau, mais le jeu en vaut la chandelle. Sans aller forcément jusqu’à cultiver l’esprit « grande cuisine » qui prévaut notamment dans le Monoprix huppé de la rue de Vaugirard à Paris (ci-contre à gauche). Le simple fait de préparer les aliments sous les yeux des clients, en soi, produira toujours bien plus d’effet que la meilleure des PLV (photos de droite : Auchan et Monoprix). Le « must » en la matière, à condition de pouvoir gérer les pointes de trafic, consistant à préparer à la demande.

  • Un magasin doit faire davantage que « distribuer ». Le commerce, c’est aussi la mise en scène, la suggestion et, surtout, l’explication et le conseil. Les points de vente, qu’ils soient indépendants ou intégrés, doivent tous pouvoir valoriser des productions locales (comme cet Intermarché – photo de gauche). Une organisation des stands trad en vente par l’avant renforce la convivialité, et pas seulement sur la marée (rayon fromage coupe d’un Monoprix à droite). Même l’épicerie a droit à une animation qui ne soit pas que promotionnelle, à l’image de cet autre Monoprix, à droite, qui dédie une tête de gondole à un regroupement saisonnier.

  • Un magasin doit faire davantage que « distribuer ». Le commerce, c’est aussi la mise en scène, la suggestion et, surtout, l’explication et le conseil. Les points de vente, qu’ils soient indépendants ou intégrés, doivent tous pouvoir valoriser des productions locales (comme cet Intermarché – photo de gauche). Une organisation des stands trad en vente par l’avant renforce la convivialité, et pas seulement sur la marée (rayon fromage coupe d’un Monoprix à droite). Même l’épicerie a droit à une animation qui ne soit pas que promotionnelle, à l’image de cet autre Monoprix, à droite, qui dédie une tête de gondole à un regroupement saisonnier.

  • Un magasin doit faire davantage que « distribuer ». Le commerce, c’est aussi la mise en scène, la suggestion et, surtout, l’explication et le conseil. Les points de vente, qu’ils soient indépendants ou intégrés, doivent tous pouvoir valoriser des productions locales (comme cet Intermarché – photo de gauche). Une organisation des stands trad en vente par l’avant renforce la convivialité, et pas seulement sur la marée (rayon fromage coupe d’un Monoprix à droite). Même l’épicerie a droit à une animation qui ne soit pas que promotionnelle, à l’image de cet autre Monoprix, à droite, qui dédie une tête de gondole à un regroupement saisonnier.

  • Bien sûr, les investissements en décors sont coûteux et risquent de pénaliser l’image prix d’un magasin. Mais un hypermarché, pour « justifier » sa surface, peut chercher à la rendre agréable à ses clients. En la matière, les indépendants sont souvent les plus audacieux : un ex-Intermarché, passé depuis Hyper U (à gauche) a tout bonnement recréé une place de village dans sa zone frais, un Leclerc breton (à droite) a habillé son stand marée d’une coque de bateau. Aux Etats-Unis, près de Cincinnati, un étonnant magasin, baptisé Jungle Jim’s, tient autant de l’hypermarché que du parc d’attractions, avec notamment un « village » des spécialités d’Europe (photo).

  • Bien sûr, les investissements en décors sont coûteux et risquent de pénaliser l’image prix d’un magasin. Mais un hypermarché, pour « justifier » sa surface, peut chercher à la rendre agréable à ses clients. En la matière, les indépendants sont souvent les plus audacieux : un ex-Intermarché, passé depuis Hyper U (à gauche) a tout bonnement recréé une place de village dans sa zone frais, un Leclerc breton (à droite) a habillé son stand marée d’une coque de bateau. Aux Etats-Unis, près de Cincinnati, un étonnant magasin, baptisé Jungle Jim’s, tient autant de l’hypermarché que du parc d’attractions, avec notamment un « village » des spécialités d’Europe (photo).

  • En matière d’implantation et de merchandising, de nombreuses idées sont bonnes à prendre. A commencer par les rayons LS en ceinture murale directement approvisionnés par l’arrière. Certains Cora, notamment, gèrent ainsi les rayons lait et eaux (plus de lourdes palettes qui traversent le magasin). Sur la photo, c’est l’enseigne spécialisée Bonhomme de neige qui remplit ses armoires de surgelés par l’arrière, sans rupture de la chaîne du froid. L’idée des palettes placées sous les gondoles, pour mettre en avant les premiers prix, a été vue dans les Halles d’Auchan. Enfin, le dernier concept du rayon ultra-frais de Carrefour prend la peine de baliser les univers en colorant les tablettes.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois