Un nouvel opérateur dans l’automatisation des drives

28 mars 2013 - F.V.

Le groupe Fives (1,5 Md € de CA) se lance à son tour dans la bataille ô combien prometteuse de l’automatisation des drives.

Sa solution est complémentaire de celles déjà existantes (lire Linéaires n°289). Elle repose sur un système « à gares », bien connu dans le e-commerce. Schématiquement, les caisses de préparation de commandes sont déposées automatiquement sur un convoyeur. Puis elles vont cheminer vers différentes « gares ». A chaque gare est posté un opérateur en charge d’une fraction de l’assortiment. Après contrôle pondéral, les caisses sont regroupées, empilées et déposées dans la zone de stockage par un robot préhenseur. Lequel mettra automatiquement la commande à disposition de l’opérateur, sur un chariot, dès que le client s’identifiera à la borne.

D’après son concepteur, la solution Cit’e drive est capable de gérer la quasi totalité de l’offre (à l’exception de très gros formats). De façon réaliste, elle ne s’appliquera qu’au sec, au moins dans un premier temps.

Ce mode de fonctionnement par gares présente des inconvénients connus : il est relativement gourmand en place au sol (1 500 à 2 000 m² ici), ne permet pas d’économies drastiques en terme de main-d’œuvre (environ 20 %) et reste relativement coûteux (de l’ordre du million d’euros d’investissement).

Bref, il se destine à des magasins affichant déjà un certain volume d’affaires. Le groupe Fives place la limite inférieure à 250 commandes par jour pour envisager un retour sur investissement. Mais la clientèle potentielle pour l’outil se situera probablement plutôt dans une plage de 500 à 1 000 commandes par jour.

S’il n’est pas sans reproches, le modèle à gares développé par Fives présente néanmoins des avantages propres et objectifs qui devraient lui permettre de tirer son épingle du jeu. C’est d’abord une solution souple. Elle peut tourner avec peu de personnel en heures creuses (un salarié prend en charge plusieurs gares) et, à l’inverse, soutenir des cadences très élevées pour absorber les pics. Un atout clé dans ce métier.

C’est aussi une solution facilement évolutive : si le drive monte en puissance, il est aisé de rajouter des « gares » pour doper la productivité. Le robot préhenseur gérant l’entrée et la sortie de toutes les caisses permet par ailleurs de limiter la gêne et les pertes de temps lors des pics de délivrance des commandes aux clients, en fin de journée. Dans sa version de base, le robot peut « sortir » trois commandes à la minute. Voire le double, avec un deuxième bras optionnel.

En outre, comme les autres solutions, Cit’e drive offre évidemment des conditions de travail nettement plus décentes pour le personnel. Grâce à des déplacements limités, mais surtout parce que les caisses ne sont jamais manipulées par les préparateurs, jusqu’au dépôt au coffre.

Fives, qui n'a pas encore de contrat officiellement signé, espère fournir quatre ou cinq drives dès cette année.

Découvrez la vidéo de présentation de la solution Cit’e drive

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

  • L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
  • De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
  • Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois