Planet : les résultats en demi-teinte de deux Lyonnais

Les résultats exclusifs de Carrefour Planet

Officiellement, tout va pour le mieux. L’avenir des grands hypers de Carrefour en France repose sur le succès confirmé de Planet.

Linéaires s’est procuré des chiffres détaillés sur les performances des deux premiers Planet, convertis fin août 2010, les mastodontes lyonnais d’Ecully et de Vénissieux, qui nuancent ce bilan officiel plutôt flatteur. Même si Carrefour a reconnu à demi-mots qu’Ecully décevait un peu, alors que Vénissieux donnait satisfaction.

Dans les faits, le porte-drapeau du concept, Ecully, cède effectivement - 2,6 % (janvier à août 2011, hors carburant), quand Vénissieux gagne 1,6 %, ce qui le place au 35 rang des progressions du réseau en France.

Dans le détail des rayons, les deux Planet confirment la réussite du concept sur la zone marché. Alors que le reste du réseau plonge (- 6,2 %), ils sont positifs, autour de 1 % de croissance, ce qui les place dans le top 20 sur ce secteur. Sur les PGC en revanche, leurs scores sont très contradictoires : Vénissieux "cartonne" (16 score, à + 4,4 %), alors qu’Ecully reste dans le ventre mou du classement (129 à - 1,2 %).

Encore tout à prouver sur le non-al

Sur le non-alimentaire, qui représente un enjeu stratégique majeur du redressement de Carrefour, Planet a encore tout à prouver. Les résultats sont globalement très mauvais sur le bazar (222 et 227).

Volontairement "maltraités" dans la version initiale du concept, certains rayons, déjà mal en point, accusent durement le coup. Sur le jouet, la culture, le bricolage et l’auto, Ecully affiche des reculs compris entre - 19 % et - 24 % ! Si Vénissieux fait un peu moins mal, le sens de l’histoire est le même.

Sur l’EPCS (électro, photo, ciné, son) où le réseau Carrefour souffre considérablement (- 14,7 %), les deux Planet ne peuvent faire mieux que limiter la casse (- 7,3 % à Ecully et - 2,7 % à Vénissieux). Pour ce secteur, seul le rayon du son s’en sort bien.

Parmi les bonnes nouvelles, Carrefour récolte les fruits de ses investissements sur le bébé (+ 5,2 % et + 13,8 %) dans un marché flat pour l'enseigne, ou encore sur le jardin, l’informatique et la bijouterie. Mais pas suffisamment pour faire repasser dans le vert le non-al au global.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois