Où consomme-t-on le plus de bio en France ?

9 octobre 2019 - Amaury Beautru

Découvrez les départements où l’on achète le plus de produits alimentaires bio. Paris, les Hauts-de-Seine et les Hautes-Alpes dominent le classement de notre partenaire Nielsen.

TOP 10     FLOP 10   
RangDépartementIndice RangDépartementIndice
1Paris (75)176 1Aisne (02)45
2Hauts-de-Seine (92)147 2Pas-de-Calais (62)47
3Hautes-Alpes (05)138 3Ardennes (08)50
4Haute-Savoie (74)136 4Somme (80)56
5Haute-Garonne (31)134 5Haute-Marne (52)57
6Loire-Atlantique (44)130 6Meuse (55)57
7Alpes-Maritimes (06)130 7Nièvre (58)63
8Savoie (73)127 8Yonne (89)65
9Ille-et-Vilaine (35)127 9Eure (27)65
10Morbihan (56)123 10Seine-Maritime (76)65

Il y a des chiffres dont on ne doutait pas et d’autres, plus surprenants. Que la région parisienne soit surconsommatrice de bio n’étonne personne. Sauf que désormais nous savons dans quelle proportion. Les Parisiens consomment 76 % de bio en plus que la moyenne nationale, selon les données de Nielsen.

Peu seront également surpris d’apprendre que le nord de la France est sous-consommateur. Sauf que le Nord en question est ici plus large que celui qu’on imagine à première vue. Du département du Nord (59) à l’Allier (03), pour l’axe Nord-Sud, et de la Sarthe (72) aux Vosges (88) pour la longitude, l’indice de consommation du bio est a minima 20 % inférieur à la moyenne nationale. Abstraction faite de l’Ile-de-France, cela va sans dire.

A l’inverse, le Sud est globalement surconsommateur avec des bassins très largement dominants, en particulier les départements frontaliers avec l’Italie (Savoie, Haute-Savoie, Hautes-Alpes et Alpes-Maritimes) mais aussi la pointe bretonne (29, 56, 35 et 44). Avec la Haute-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques, ils présentent tous un indice de consommation supérieur à 120.

Logiquement, la part d’offre des produits bio dans les départements est corrélée à la performance des produits labellisés AB. Mais les écarts ne sont pas aussi importants qu’au niveau de la consommation elle-même. La part d’offre du bio présente un indice de 125 à Paris, alors que celui de la consommation atteint 176. Dans l’Aisne, département où la consommation est la plus faible, la part d’assortiment du bio tombe à 70, contre une performance 55 % inférieure à la moyenne nationale côté achats.

Source : Nielsen Spectra - HM-SM, proxi, drive. 2019

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L’expertise du seul magazine spécialiste de l’alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois