Martinique : Leclerc va sans doute baisser pavillon

6 janvier 2012 - F. Carluer-Lossouarn

Le Leclerc de Place d'Armes en Martinique

Le Leclerc de Place d'Armes en Martinique

Selon nos informations, la candidature de Leclerc aurait été écartée par le Tribunal de commerce de Fort-de-France pour la reprise de son franchisé en Martinique, le groupe Lancry, placé en redressement judiciaire. Lors d’une très brève intervention, l’avocat du mouvement a déclaré que Leclerc n'avait pas réuni les financements nécessaires.

Des quatre candidatures examinées hier, deux auraient la préférence du Tribunal, à commencer par celle du groupe Parfait. L’affilié U dans l’île a d’ailleurs déjà déposé sa candidature au rachat de Lancry auprès de l’Autorité de la concurrence. Le groupe Ho Hio Hen, qui exploite les enseignes de Casino en Martinique, est son challenger pour la reprise de Lancry. Le Tribunal de commerce de Fort-de-France rendra sa décision le 13 janvier.

Si elle se confirme, cette issue serait quelque peu surprenante et, disons-le, piteuse pour Leclerc. La Martinique avait valeur de symbole pour le mouvement qui entendait y faire baisser les prix. A défaut d’avoir une incidence économique pour Leclerc, son retrait de Martinique serait un échec cuisant.

La fin de la guerre des prix ?

Les deux ex-Carrefour du groupe Lancry, situés au Lamentin, avaient rouvert sous enseigne Leclerc en octobre 2010. A vrai dire, ce partenariat semblait mal engagé dès le départ. Les graves difficultés financières du groupe Lancry n’étaient un secret pour personne en Martinique. La guerre des prix qu’il a déclenchée dans l’île a pesé sur ses marges, aggravant encore sa situation.

Un peu oubliés dans cette affaire, les autres perdants de ce retrait de Leclerc pourraient être les Martiniquais. Selon une enquête réalisée par Linéaires en décembre 2010, les prix en Martinique étaient 84 % plus élevés sur l’alimentaire qu’en métropole, malgré l’arrivée de Leclerc. Le retrait du discounter ne devrait pas aller dans le sens d’une pression accrue sur les prix aux Antilles !

Contacté par Linéaires, Leclerc a adressé dans l'après-midi un communiqué de presse, indiquant qu'en cas de décision défavorable du Tribunal de commerce de Fort-de-France, ce qui semble maintenant très probable, il chercherait d'autres partenaires dans l'ïle pour y ouvrir d'autres centres Leclerc : " Le mouvement E. Leclerc qui n’avait pas vocation à investir directement autrement qu’en soutenant ses affiliés, a finalement fait une proposition de reprise. Le Tribunal de Commerce de Fort-de-France, qui avait à statuer sur trois autres propositions, a reporté sa décision au 13 janvier. Il semblerait qu’une offre locale ait la préférence, dans ce cas les centres E.Leclerc rechercheront un autre partenaire martiniquais."

Leclerc a aussi commenté les difficultés de Lancry : " Il est très vite apparu que les sociétés d’exploitation du groupe Lancry, dont l’organisation s’est révélée complexe et coûteuse, étaient financièrement fragiles, et quatre mois après l’ouverture sous la nouvelle enseigne, elles ont été placées en redressement judiciaire avec mise en place d’un plan de continuation. La situation des entreprises Lancry n’a cessé de se dégrader malgré le soutien commercial du mouvement E. Leclerc et sans qu’il ne puisse intervenir dans la gestion de ces entreprises indépendantes."

Parcourez l'intégralité du communiqué de presse de Leclerc :


(article réalisé en collaboration avec le quotidien France-Antilles en Martinique)

Le groupe Parfait, affilié U en Martinique, semble être en bonne voie pour reprendre Lancry, le franchisé Leclerc martiniquais, placé en redressement judiciaire.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois