Macron : "les prix des pharmaciens ne sont pas excessifs"

19 octobre 2014 - B. Merlaud

Macron : le travail du dimanche, il ne faut pas en faire un mythe

Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron fait siens les arguments des pharmaciens et rejette en bloc les demandes de Michel-Édouard Leclerc sur la libéralisation de la vente de médicaments non prescrits.

Sur France Inter, le 16 octobre, il a tenu des propos sans équivoque.

Supprimer l'exclusivité de la vente de médicaments en pharmacie, même non prescrits, ça ne crée pas beaucoup de valeur, ça n'a pas beaucoup d'intérêt, ça déstabilise énormément.

Il n'y aura pas de médicaments en grande surface, parce qu'aujourd'hui on ne manque pas de pharmaciens, et parce que les prix ne sont pas excessifs.

L'idée que des médicaments, même non prescrits, puissent être vendus en supermarché, c'est un peu une atteinte au modèle de société auquel les Français tiennent.

Parce que les règles d'installation des pharmacies seront simplifiées, rien n'empêchera M. Leclerc d'ouvrir une officine de pharmacie dans son Leclerc ou devant son Leclerc. Là où il y en a besoin, il pourra le faire. Mais ce pharmacien ne sera pas salarié de M. Leclerc, il aura l'indépendance d'un professionnel de santé.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois