LinéairesPrix : Carrefour dans les pas de Leclerc

17 septembre 2010 - Florent Vacheret

Statu quo en tête du classement

1er sem. 2010
Leclerc 95,3
Carrefour 96,3
Auchan97,1
Intermarché97,2
Super U98,4
Carrrefour Market98,8
Cora 101,2
Géant Casino101,6
Simply Market101,7
Match104,3
Casino110,3
Monoprix112,6

Visualisez la courbe d'évolution des indices de chaque enseigne sur les 4 dernières périodes :

Depuis deux ans et demi, ces deux-là se suivent comme leur ombre. Le point d’écart de prix entre Carrefour et Leclerc constaté au deuxième semestre 2009 se vérifie encore strictement au premier semestre 2010 ! Même si les deux ténors de l’hyper et des prix bas lâchent un peu de lest (+ 0,5 pt chacun), ils conservent une confortable avance sur le reste du peloton. Près de deux points séparent ainsi Leclerc d’Auchan, qui se montre fidèle à la troisième marche du podium depuis un an.

Super U et Intermarché complètent le quinté gagnant, comme il est de tradition depuis… 2005. Rien de bien neuf sous le soleil donc ! La seule animation dans ce haut du classement provient du chassé-croisé entre Super U et Intermarché, justement. Très symboliquement (0,1 point !), les Nouveaux Commerçants avaient subtilisé la quatrième place aux Mousquetaires sur la deuxième moitié de 2009. Un fait inédit dans la petite guerre entre les deux groupements d’indépendants.

Mais Intermarché n’a pas tardé à reprendre son bien, au prix d’un bel effort sur les étiquettes au cours des six derniers mois (- 1,0 % sur le panier Linéaires), comme les dirigeants de l’enseigne l’avait clairement prédit. Et le mouvement de baisse ne devrait pas s’arrêter là pour les Mousquetaires. Le président d’Intermarché, Philippe Manzoni, vient d’annoncer une grande offensive sur les prix pour l’automne.

A noter au passage que la nouvelle dynamique des prix chez Intermarché a eu pour conséquence d’entraîner Carrefour Market dans son sillage. L’enseigne repasse ainsi sous la barre symbolique de l’indice 100… ce qui n’a rien d’un luxe au demeurant.

Les supers Casino à la dérive

Parmi les résultats conformes aux déclarations officielles, on relèvera également le cas Géant Casino. Conscient du positionnement tarifaire peu attrayant de ses hypers, Jean-Charles Naouri avait prévenu qu’il réinjecterait dans les prix les gains tirés de la nouvelle massification des achats avec Franprix et Leader Price. L’indice de Géant Casino progresse ainsi de 1,2 point, correspondant à une baisse de prix effective de 1,6 %. L’effort est certes appréciable, mais encore très largement insuffisant pour prétendre redorer l’image prix des Géant Casino : plus de 6 % les séparent toujours des Leclerc.

Reste que le bilan global de Casino est largement terni par le relâchement coupable dont continuent de faire preuve les supermarchés du groupe. La situation s’empire même sérieusement : pour la première fois, Casino franchit le cap symbolique des 110. Même si leur positionnement plus urbain que la moyenne l’affranchit partiellement d’une concurrence frontale, le réseau supers du Stéphanois se marginalise totalement du reste du troupeau : Intermarché, Super U et Carrefour Market sont tous à plus de 11 points devant ! Même Match, qui confirme son repositionnement pour la troisième vague consécutive, laisse les supers Casino 6 points derrière lui !

Simply Market oublie ses bonnes résolutions

L’autre source majeure d’interrogation parmi les réseaux de supermarchés est fournie par Simply Market. Avec ses assortiments courts et sa politique affirmée d’every day low prices, l’enseigne des Mulliez promet des étiquettes parmi les agressives du circuit. Au moins en théorie… Car il semble bien que les difficultés commerciales du réseau aient partiellement raison de ces bonnes résolutions tarifaires. En six mois, l’indice de Simply Market a dérapé de 1,6 point, la plaçant désormais à 4,5 % d’Intermarché. Le fait que l’enseigne soit fortement représentée à Paris ne justifie pas un tel décalage : les Simply Market de province sont mesurés à l’indice 100,4. A Rennes, par exemple, Simply Market a ouvert il y a trois avec un niveau de prix qui le plaçait initialement sur le podium de la ville. Des performances très décevantes ont généré une lente et régulière glissade, qui place désormais ce super à près de 10 points des leaders locaux ! Ce cas ne saurait faire loi, mais il est à ce point caricatural qu’il tend à accréditer la thèse d’une dérive subie…

Pour aller plus loin

Retrouvez la version intégrale de l'articledans le numéro de septembre de Linéaires.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

  • L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
  • De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
  • Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois