Les TMS enfin chiffrées

29 janvier 2007 - Elodie Martel

La distribution savait depuis longtemps que ses métiers étaient susceptibles de générer des troubles musculo-squelettiques (TMS). Elle en a aujourd’hui la preuve chiffrée. La commission paritaire nationale santé sécurité au travail, réunissant employeurs et salariés de la distribution, a en effet rendu publiques les résultats d’une vaste étude sur l’état de santé des salariés. Menée par le CISME (Centre Interservices de Santé et de Médecine du travail en Entreprise), celle-ci résulte de l’analyse de 5 000 questionnaires soumis à des salariés de la distribution via 355 médecins du travail. Précision importante, les caissières était exclues de l’échantillon, de nombreuses études ayant déjà été réalisées sur ce poste.
D’une manière générale, le nombre de maladies professionnelles relevant d’un TMS a été multiplié par cinq en dix ans en grande distribution (il a « seulement » doublé dans les autres secteurs). Sur l’échantillon interrogé, 10 % avouent ressentir des douleurs au niveau des coudes ou des hanches. 14 % se plaignent des chevilles, 19 % des genoux, 30 % du haut du dos ou des épaules. Les douleurs à la nuque et dans le bas du dos sont, elles, plus importantes puisqu’elles concernent 40 et 60 % des salariés respectivement. Pour autant, ces maux n’interfèrent pas de façon identique sur le travail. Le mal au genou gêne au quotidien un peu plus de cinq personnes affectées sur dix. Les problèmes de dos sont, eux, mal supportés au travail dans 70 % des cas.
Plus le salarié est âgé, plus ces lombalgies sont gênantes. Mais d’autres facteurs favorisant leur apparition ont également été mis en évidence et quantifiés. Chez les personnes déclarant avoir des postures de bras pénibles à tenir, 47 % souffrent de lombalgies avérées (pour une moyenne établie à 37 %). Soit une différence de dix points. Le port de charges supérieures à 10 kg et la prise d’objet au-dessus des épaules accélèrent eux aussi l’apparition de ces affections ( + 7 points). Comme le stress (+ 13 points) et le manque d’entraide au sein de l’équipe (+ 15 points).
Si le constat n’est pas réellement surprenant, il a le mérite de mesurer l’étendue des dégâts à l’heure où la santé au travail est affichée comme une priorité du gouvernement. Et il donne à la commission paritaire nationale le moyen de quantifier les améliorations qu’elle entend apporter grâce à différentes actions. Outre l’intégration des conclusions de l’étude dès la conception ou le remodeling de magasins et leur insertion dans le rapport de branche présenté chaque année aux partenaires sociaux, la prévention est au programme. La FCD envisage de mettre en place un outil opérationnel d’évaluation des risques, surtout destiné aux petites structures, et compte entreprendre la réalisation d’un guide pratique, dont les effets devraient être mesurés avant trois ans.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois