Les spécialistes bio dopent les ventes des GMS

6 décembre 2019 - Amaury Beautru

 

Quand Biocoop, La Vie Claire, Bio c’Bon ou encore Naturéo s'implantent en frontal avec un généraliste, ils servent ses intérêts. Découvrez leur effet favorable sur les ventes de bio en hypers, supers, proximité, SDMP et drives avec notre partenaire Nielsen.

Sept magasins bio sur dix se trouvent à moins de 10 minutes de distance en voiture d’un hypermarché. Et c’est une bonne nouvelle pour les grandes surfaces. Car d’après l’analyse de Nielsen Spectra, les hypermarchés, lorsqu’ils sont en frontal avec un spécialiste, génèrent 6 % de ventes de bio en plus que la moyenne du circuit. A l’inverse, lorsqu’il n’y a pas de concurrence directe, leur indice de ventes tombe à 81.
L’effet positif de cette proximité est plus marqué encore sur les supermarchés. Exposées à cette concurrence, les plus petites surfaces voient leurs ventes de bio dépasser de 18 % la moyenne du circuit. Cependant, seulement la moitié des magasins bio font profiter des supermarchés de leur immédiate présence.

Aucun circuit généraliste n’est en réalité pénalisé par un voisin spécialiste. En proximité, c’est un gain de 15 % à la clé. En SDMP, c’est 11 %. Même si les drives sont les moins sensibles, ils peuvent tout de même en tirer 5 %. Mécaniquement, à l’inverse, un trop fort éloignement ne les pénalise que de 15 %. La proximité est, elle, la plus affectée par l’absence d’une concurrence de spécialiste. Trop distante, elle perd 28 % de ventes.

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L’expertise du seul magazine spécialiste de l’alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois