Les premiers clients de Costco

  • Les premiers clients de Costco

    • Françoise et Jean-Claude. "C'est la publicité qui nous a poussés à prendre la carte, on ne connaissait pas. On a regardé sur internet, et une amie qui a de la famille en Amérique nous a conseillé de venir. En alimentaire, les prix des grandes quantités ont l'air intéressants et il y a beaucoup plus de choix qu'on ne pensait. Au final, on a l'impression que si on arrive ici dans l'idée de ne rien acheter, on repartira quand même avec quelque chose !"

    • Myriam. "Nous connaissions déjà Costco au Canada. On retrouve ici presque tout à l'identique ! Ce sont les mêmes marques que là-bas, avec en plus des produits français. Je suis ravie, c'est un concept qui manquait en France."

    • Madeleine et Armand. "C'est gigantesque, on est un peu perdu. Et tout n'est pas écrit en français. Certaines quantités sont trop grosses pour nous, mais on a repéré des différences de prix énormes. Sur le chaource, par exemple. Globalement, les prix ont l'air d'être intéressants."

    • Marie et Mathilde. "On aurait besoin de repères sur les prix au kilo. Les produits sont en grosses quantités et c'est le seul moyen de comparer avec ce qu'on a d'habitude. Mais comme on les connaît mal, on passe son temps à se demander si c'est intéressant ou pas. Nous sommes sûres que ça vaut le coup, en revanche, pour les marques américaines difficiles à trouver, qui sont vendues très cher à Paris."

    • Aldina. "Il y a déjà longtemps que j'ai pris ma carte, je m'étais renseignée sur internet. J'ai vu des choses intéressantes aujourd'hui, il y a du choix et le personnel s'occupe très bien de vous. Je ne pense pas que je ferai toutes mes courses alimentaires ici, mais on verra. Je reviendrai aussi avec mes enfants (ils sont grands), parce qu'ils voudront sûrement acheter des choses !"

    • Pascal, avec sa fille Morgane (qui… travaille chez Costco). "Je ne connaissais pas, ma première impression est très bonne. Les prix sont très attractifs, je l'ai tout de suite vu sur le Jack Daniels. J'ai aussi pris des moules, qui ne sont pas chères. Mais certains conditionnements sont trop importants. Quatre pots de moutarde, par exemple, ça fait beaucoup d'un coup. Il manque aussi un service, je trouve : pour les ventes qui impliquent de lourdes dépenses (j'ai vu des fauteuils massants à 4000 euros), ils devraient proposer un paiement en trois fois sans frais."

    • Tarik (directeur de supermarché). "Finalement, je ne suis pas surpris par les prix, qui sont parfois plus chers, parfois moins chers. Et avec un prix moyen, par article, qui doit tourner autour de 10 euros, c'est beaucoup trop pour un célibataire. En revanche, je trouve très bien qu'ils proposent à la fois des grandes marques et des producteurs régionaux."

    • "Nous ne connaissions pas le concept avant que Costco ne vienne faire une présentation dans mon entreprise située à côté du magasin. Je me suis aussitôt préinscrit. Je trouve qu'il y a du choix et aussi beaucoup d'espace pour circuler. J'ai l'intention d'acheter une télévision prochainement, alors je reviendrai pour me renseigner."

Les premiers clients de Costco

Costco a enregistré 6500 passages en caisse et presque 2000 nouvelles adhésions pour sa journée d'ouverture en France (portant le total à 18000). Linéaires a interrogé les premiers clients de l'enseigne américaine.

"Ce fut une journée superbe, confie Gary Swindells, le président de Costco France. Nous avons atteint notre objectif de chiffre d'affaires et enregistré précisément 1937 adhésions supplémentaires. Nous sommes très satisfaits."

Les clients aussi, visiblement, étaient contents d'avoir fait le déplacement (certains avaient roulé plus d'une heure pour venir). Les chariots XXL de l'enseigne ont vite été remplis, signe que tout le monde n'était pas venu que pour observer.

Les commentaires recueillis dans les allées étaient souvent enthousiastes. L'accueil chaleureux que le personnel avait réservé aux premiers clients, en particulier, a marqué les esprits. Il était aussi amusant de constater que bon nombre des "early adopters" de Costco connaissaient en réalité déjà l'enseigne. Anciens expatriés, familles dont l'un des membres vit en Amérique, il existait donc une petite communauté informelle de clients potentiels qui appelait de ses vœux l'arrivée de Costco en France. Ils sont d'autant plus ravis que le concept, très standardisé, est en tout point conforme à leur souvenir.

Mais le mot qui revenait le plus souvent dans la bouche de ceux qui poussaient un chariot chez Costco ce 22 juin, c'était "le prix". Évidemment. Et comme d'habitude en la matière, chacun y va de sa religion. Il y a ceux qui s'attachent à quelques références personnelles pour évaluer l'enseigne (bouteilles d'alcool et vêtements de marque sont souvent cités). Il y a ceux qui cherchent à obtenir une vision d'ensemble avant de se forger une opinion. Souvent, ces derniers avaient bien du mal à trancher. Pas parce qu'ils auraient pris Costco, ici ou là, en flagrant délit de dérapage mais parce que les gros formats brouillent les repères. Qui, en effet, est capable de chiffrer le prix au kilo de ses marques préférées ?

Cet aperçu de la clientèle de Costco ne serait pas complet, enfin, s'il ne citait pas… les concurrents venus en nombre, dès potron-minet, voir d'un peu plus près ce que l'Américain avait à proposer. Et pas seulement des cadres tout droit débarqués du siège de leur groupe. On pouvait aussi croiser, entre les palettes de Costco, des employés qui avaient quitté leur magasin et même des artisans inquiets pour leur propre commerce.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois