Lait : les distributeurs prêts à augmenter leur prix d’achat

Alors qu’une réunion tripartite (producteurs, transformateurs et distributeurs) se tenait cet après-midi au ministère de l’Agriculture, les enseignes de la FCD ont proposé d’augmenter de manière exceptionnelle, pendant les trois prochains mois, leur prix d’achat de 2 centimes d’euro par litre de lait de consommation. « Soit plus de 5% d’augmentation », comme le met en exergue le communiqué publié aujourd’hui même par l’organisation défendant les intérêts des principaux distributeurs intégrés (Auchan, Carrefour, Casino, Cora, etc.).

Les éleveurs laitiers sont, en effet, dans une situation conjoncturelle particulièrement délicate, en raison notamment d’une forte augmentation des prix des matières premières agricoles entrant dans la composition des aliments pour bétail.

Les distributeurs n’achetant pas directement aux producteurs, la FCD exige que les industriels du lait « s’engagent à reverser l’intégralité de cette hausse à leurs fournisseurs, éleveurs laitiers, pour l’ensemble des marques y compris les marques nationales. Pour ce faire, les industriels devront mettre en œuvre une totale transparence de leurs marges, sous le contrôle des pouvoirs publics. »

Autre condition posée par la FCD : « cette hausse exceptionnelle devra faire l’objet d’un engagement signé par tous les acteurs de la filière auprès des ministères de l’Agriculture et de l’Economie, ainsi que d’un avis favorable des autorités chargées de la concurrence. » A voir ce qu’en pense l’Europe, rarement bien disposée vis-à-vis de tout processus d’entente…

Les enseignes de la FCD demandent enfin que « soit mise en œuvre la solution pérenne à cette situation : une contractualisation effective entre fabricants d’aliments pour bétail et éleveurs ». Le communiqué pointant le fait que « dans un contexte de recul historique du pouvoir d’achat, les consommateurs ne peuvent supporter seuls, dans la durée, les coûts des surprofits de certains ».

Les enseignes d’indépendants ont également réagi à cette crise, en acceptant globalement le même type d’engagement. A l’image d’Intermarché, qui a pris la parole cet après-midi via un communiqué, ou de Michel-Edouard Leclerc, qui l’avait fait dès la semaine dernière.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois