Des marges toujours sous pression

Rentabilité

Elle est bien loin, la loi Galland. La rentabilité des indépendants et franchisés affiche une baisse structurelle depuis 2003 (date depuis laquelle Linéaires dispose des résultats). D’un taux de 1,30 %, la moyenne des rentabilités nettes des magasins a chuté à 0,91 % en 2009. Un niveau équivalent à celui de 2006, le plus bas de la décennie.

Il faut y voir bien sûr l’effet des textes législatifs qui ont, petit à petit, renforcé la concurrence à laquelle se livrent les enseignes. Les accords Sarkozy (2004) et les lois Dutreil (2005 et 2006) avaient une première fois ébranlé l’édifice. L’année 2007 a marqué un répit avant que les lois Chatel et LME (loi de modernisation de l’économie) n’infléchissent à nouveau la courbe en 2008.

Pour autant, sept des quinze enseignes étudiées arborent un résultat net à la hausse en 2009. En bas de l’échelle, Leader Price plombe la moyenne avec une chute impressionnante de sa rentabilité (- 50 %).

Leader Price tombé à 0,4 %

Les franchisés des différentes enseignes du groupe Casino nous offrent un bel exemple de la disparité des résultats. Franprix affiche 2,50 % de rentabilité sur la base de 68 magasins (seulement) qui ont daigné déposer leurs comptes en 2009 et 2008.

A l’inverse, Leader Price tombe bien bas. En 2005, le hard discounteur passait pour un champion de la rentabilité, avec des taux supérieurs à Franprix ou Leclerc, dépassant allègrement les 3 %. Quatre exercices plus tard, le résultat net moyen des franchisés (individuels) est tombé à 0,4 %, miné par des difficultés commerciales récurrentes.

Leclerc mène le bal

Parmi les enseignes d’indépendants, Leclerc continue de mener le bal avec une rentabilité moyenne de 1,20 % du CA. Mais son avance sur les autres enseignes se réduit. Son résultat net moyen affiche une baisse à deux chiffres. Michel Edouard Leclerc s’en défend en annonçant une moyenne supérieure à 2 %, stable depuis trois ans. Et ramenée au m², la performance de Leclerc reste élevée : avec 144 €/m² en moyenne, l’enseigne fait 30 % de mieux qu'Intermarché et Hyper U/Super U.

Sur la base des bilans officiels disponibles pour 2009, Intermarché et Hyper U /Super U, au taux de rentabilité historiquement équivalent, en profitent donc pour venir coller aux basques du leader des indépendants. Les Mousquetaires (+ 0,20 pt) afficheraient une meilleure progression que les U (+ 0,14 pt). Un résultat à prendre avec des pincettes, puisque fin septembre, seuls 20 % des Intermarché avaient déposé leurs comptes 2009 auprès des greffes des tribunaux.

La masse de marge

L’enseigne dirigée par Serge Papin peut en revanche faire valoir un autre argument au moment de draguer de nouvelles recrues: la masse de marge. Elle s’élève à 252 000 € par magasin en moyenne pour Hyper U/Super U, contre 206 000 € pour Intermarché. Le dirigeant anticipe également une bonne année 2010 nourrie en premier lieu par les performances commerciales de l’enseigne, qui prévoit de finir l’exercice avec un chiffre d’affaires en hausse de 6 %.

Proche de zéro

Les indépendants apparaissent en tout cas mieux lotis que les franchisés des groupes intégrés. Casino et surtout Carrefour Market et frisent la correctionnelle avec des résultats respectifs de 0,37 % et 0,11 %. Le phénomène n’est pas nouveau. Le palmarès Linéaires/Coface donne pour les franchisés du réseau super de Carrefour une rentabilité nette proche de zéro depuis 2005, passant même dans le rouge en 2006 et 2007. Une fois de plus, l’enseigne conteste les derniers résultats. Sans dévoiler l’état réel de la rentabilité nette des franchisés, Alexandre Falck, directeur exécutif de Carrefour Market, fait valoir une hausse substantielle suite au passage des magasins Champion à l’enseigne Carrefour Market. A savoir 0,7 point de mieux en 2009 et encore un point additionnel anticipé pour 2010, à trois mois du terme de l’exercice.

Palmarès

Pour aller plus loin

A lire dans le Linéaires de novembre 2010 :

- Les résultats nets moyens par enseigne, en euros.

- Leclerc, Intermarché, Système U, Carrefour Market, Franprix, Leader Price: les six enseignes majeures d'indépendants et franchisés passées au crible.

- Trois patrons commentent : Serge Papin (Système U), Alexandre Falck (Carrefour Market) et Michel-Edouard Leclerc.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois