Covid-19 : Les drives rassurent sur la sécurité sanitaire

15 avril 2020 - Frédéric Carluer-Lossouarn

Depuis le début du confinement, le e-commerce alimentaire en général et le drive en particulier enregistrent des scores sans précédents, gagnant trois points de part de marché à 10,6 % des ventes valeur en semaine 14 sur le total PGC + frais LS (Nielsen).

Malgré la persistance de lourds délais avant de pouvoir commander et plus encore avant d’y retirer ses courses, le drive est vu par beaucoup de Français comme un bon moyen d’éviter d’aller en magasin et d’y risquer de contracter le virus au contact d’autres clients. Et cela sans payer les frais de la livraison à domicile.

Pour les rassurer et les conforter dans leur choix, des enseignes drive communiquent plus que d’autres sur les mesures prises pour assurer la sécurité sanitaire de leurs pistes. Pas forcément les plus puissantes. Sur son site drive, Supermarchés Match indique que tous ses préparateurs se désinfectent régulièrement les mains. Elémentaire mais encore faut-il se donner la peine de le préciser. Carrefour drive informe que ses équipes utilisent des gants pour préparer les commandes et que ses chariots sont nettoyés fréquemment.

Des procédures de chargement variables

Photo : michel-edouard-leclerc.com

En vieux routier de la communication, Michel-Edouard Leclerc a posté sur son blog une vidéo du drive du Leclerc de Château-du-Loir (72). On y voit une préparatrice (photo ci-dessus) expliquer par le menu toutes les mesures de désinfection (scanettes, locaux, etc.) et les équipements de protection pour les salariés : visières, gels, gants. Ici, les employés laissent le chariot contenant la commande d’un client devant le coffre de sa voiture. Pour éviter tout contact, celui-ci doit charger lui-même ses achats. Les chariots sont ensuite désinfectés. Au passage, ce système permet aux équipes de gagner en rapidité, loin d’être neutre en cette période de surcharge.

Communiquées sur leurs sites ou sur les réseaux sociaux, les procédures de Chronodrive (photo), Carrefour drive et Intermarché, identiques, vont plus loin. Lors de son arrivée sur les pistes, un client doit descendre de son véhicule pour ouvrir son coffre (ou l’ouvrir depuis l’intérieur pour les véhicules qui le permettent) puis remonter dans sa voiture sans attendre le préparateur. Celui-ci se charge de déposer les courses dans le coffre. Une fois l’employé éloigné, le client peut venir fermer son coffre.

Auchan drive et Cora drive affichent les mêmes consignes sur leurs sites mais précisent que leurs préparateurs vont jusqu’à fermer le coffre. Le client n’a donc pas à sortir une seconde fois de son véhicule.

Chronodrive, qui offre depuis toujours la possibilité de régler sur place, recommande à ses clients le paiement sans contact à ses bornes, via Apple pay. Là encore, une façon de limiter la propagation du virus et donc de rassurer.

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L’expertise du seul magazine spécialiste de l’alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois