Casino prépare la reconversion de son personnel de caisse

28 février 2020 - Benoît MERLAUD

Anticipant la mutation des métiers de l'encaissement, Casino s'engage à former les 6000 collaborateurs concernés dans ses hypers et supermarchés. Parmi les évolutions proposées, la création de postes de "conseillers clientèle". Une démarche inédite par son ampleur.

Les portiques de sortie rapide Casino Max sont maintenant présents dans la quasi-totalité des hypermarchés Géant.

Les portiques de sortie rapide Casino Max sont maintenant présents dans la quasi-totalité des hypermarchés Géant. 

Non, les postes d'hôtes ou hôtesses de caisse ne vont pas disparaître chez Casino. Stéphane Buron, le directeur des ressources humaines de Casino Distribution France (Géant Casino, Casino), se veut rassurant. 

Le distributeur n'a pas acté la fin d'un métier, mais il ne reste pas non plus les bras ballants face aux menaces (réelles) qui pèsent sur cette fonction. Dans les hypers et les supermarchés de Casino, selon les magasins, 30% à 50% des débits passent déjà par un nouveau système d'encaissement : self-scanning, caisses automatiques ou paiement via l'appli mobile Casino Max. Les portiques verts de sortie rapide Casino Max sont maintenant présents dans la quasi-totalité des hypermarchés Géant.

Le personnel qui travaille en caisse, chez Casino Distribution France, représente encore 25% à 30% des effectifs en magasins. "Ce taux n'a pas vraiment varié ces deux dernières années", observe Stéphane Buron. Le DRH ne communique pas de perspective chiffrée sur une éventuelle évolution du nombre de postes, mais il dit vouloir "transformer les inquiétudes en opportunités".

Le distributeur vient de signer un accord inédit avec les syndicats (validé par quatre des cinq organisations représentatives) qui prévoit la mise en place d'un vaste plan de formation sur trois ans. Tous les hôtes et hôtesses de caisse en CDI sont concernés, soit 6000 collaborateurs. 

Un nouveau métier : conseiller de clientèle

Ce programme de développement des compétences est assorti d'une enveloppe de 5 millions d'euros, ce qui représente une hausse de 50% du budget formation habituel du distributeur. Les salariés pourront profiter du dispositif pour évoluer ou se reconvertir. 

Stéphane Buron cite en exemple trois secteurs dans lesquels des postes sont à pourvoir : les métiers de bouche, évidemment, mais aussi les conseillers de vente Cdiscount (il en existe près de 200 aujourd'hui, qui accompagnent le développement des corners en magasins) et une fonction qui fait son apparition, conseiller de clientèle.

Ces nouveaux conseillers devront être les référents des clients qui recherchent un contact en magasin : renseignements divers, passages de commande (traiteur, etc.), aide en caisse ou sur l'appli Casino Max, voire achats de services financiers. Bref, ils ne seront pas forcément déconnectés des caisses, mais comprendront moins de taches mécaniques.

 

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L’expertise du seul magazine spécialiste de l’alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois