Casino poursuit sa descente en France

22 avril 2022 - Benoît MERLAUD

Alors qu’elles avaient déjà plongé de 11% l’an dernier, les ventes de Casino en France au premier trimestre reculent encore de 2,4%. L’Amérique latine sauve les résultats du groupe. 

Casino poursuit sa descente en France

 

Du moins sur du moins. Alors que les ventes de Casino en France avaient lourdement chuté au premier trimestre 2021 (-10,7%), elles descendent encore plus bas cette année, avec un recul de -2,4%. 

L’an dernier à la même époque, pour justifier ses difficultés, le distributeur rappelait que les touristes avaient déserté Paris et que les centres commerciaux étaient touchés par les fermetures de magasins ou rayons non essentiels, ainsi que par le couvre-feu. 

 

 

Au premier trimestre 2022, les touristes ne sont pas  vraiment revenus dans la capitale. Une situation inchangée par rapport à l’an dernier, donc, qui suffirait selon Casino à expliquer un nouveau recul de Monoprix, -3,0% à magasins comparables, après déjà -3,2% l’an passé. 

Pour les hypers et supermarchés, les mesures de restrictions ont en revanche été levées. L’explosion du prix des carburants, en outre, est venue mécaniquement soutenir les ventes des deux formats. Les supermarchés Casino profitent de ce contexte favorable avec +4,6% de CA (mais -2,5% à magasins comparables, hors essence et hors effet calendaire). 

Les hypermarchés Géant beaucoup moins, avec des ventes à -1,4% (-1,1% en comparable). Le distributeur continue d’ailleurs de "nettoyer" son parc. Après les cessions des années passées (17 Géant vendus à la concurrence), le groupe a commencé à transformer certains hypers en supermarchés Casino : 9 unités converties en juillet 2021, puis 20 autres entre fin mars et mai 2022. 

"Ce sont de petits hypermarchés, avec déjà un profil de clientèle de supermarché, explique David Lubek, le directeur financier du groupe Casino. L’effet des conversions est positif aussi bien sur les ventes que sur la rentabilité des magasins."

 

 

Le parc de Géant Casino en France, qui comptait 117 unités début 2019, aura donc perdu une cinquantaine de sites en trois ans. Le distributeur ne s’interdit pas de convertir encore, par la suite, de nouveaux hypers en supermarchés. 

Le groupe reste concentré sur sa stratégie de désendettement : vente de la Banque Casino, nouvelle cession de murs, liquidation de ses derniers titres de la foncière Mercialys. Dans ce contexte, l’ouverture de points de vente ne passe plus ou presque que par la franchise. 

184 magasins de proximité (Franprix inclus) ont ainsi rallié le réseau du groupe au cours du premier trimestre. Casino ambitionne de faire grandir son parc proxi franchisé de 800 unités sur l’ensemble de l’année. 

Le distributeur prévoit également de relancer en 2022 son enseigne de hard discount Leader Price, avec un nouveau concept "LP", lui aussi en franchise. 

Un redressement récent
Optimiste sur le redressement de ses ventes en France, Casino souligne les performances prometteuses de ses réseaux sur la période courant du 21 mars au 17 avril 2022. À magasins comparables, Monoprix ressort à +2,6%, les hypermarchés sont à +5,2% et les supermarchés Casino, néanmoins, accusent -3,5%. La proximité est également dans le vert, permettant à l’ensemble des ventes en France (hors Cdiscount) d’afficher +2,0% sur quatre semaines. 

En Amérique latine, la réouverture économique de la zone, la reprise du tourisme et l’inflation soutiennent les ventes du groupe : +13,2% de croissance (+9,7% à magasins comparables, hors notamment effets de change). 

Là-bas aussi, le groupe a commencé à convertir de nombreux hypermarchés, vers des concepts premium (Pão de Açúcar) ou cash and carry (Assaí). 

 

 

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois