Auchan en pétard contre la future réglementation des drives

Le groupe Auchan n'est pas franchement coutumier des grands messes médiatiques. Encore moins s'agissant d'un sujet ultra-stratégique : le drive. Mais la fin justifie les moyens. En l'occurrence, le groupe nordiste est vent debout contre la future législation concoctée par la ministre Sylvia Pinel concernant les drives. « C'est à croire que les politiques se plaisent à casser ce qui marche bien en France, s'indigne Vincent Mignot, le DG d'Auchan France. Le projet de loi en cours est très inquiétant pour l'avenir du modèle. Depuis près de deux mois, je demande audience à Sylvia Pinel, sans succès, pour pouvoir débattre sur le sujet ». « Les mesures envisagées menacent la pérennité de notre entreprise, surenchérit Jean-Philippe Graboswski, le directeur général de Chronodrive. Dans le viseur du groupe Auchan, les deux principales dispositions, encore en discussion, de la prochaine loi : soumettre les créations des drives aux CDAC et, surtout, leur faire payer la Tascom.

Très concrètement, Jean-Philippe Grabowski estime que le montant de la Tascom pourrait représenter de l'ordre de 200 000 euros par an et par site, grévant lourdement la rentabilité fragile de la jeune pousse Mulliez « Une fois installés, les Chronodrive génèrent un niveau de rentabilité conforme à celle d'un magasin en distribution alimentaire, c'est à dire faible. Et nous avons besoin de ce cash pour financer notre développement », fait-il valoir. En outre, Auchan serait davantage pénalisé que les autres enseignes, ayant fait le choix du drive entrepôt sur des surfaces généreuses (une coque de 1 600 m² pour 5 000 m² de foncier, selon le modèle type).

Pour peser dans le débat, Auchan fait valoir les 5 300 emplois nets créés via l'ouverture de ses drives, dont 1 500 rien que sur l'année passée. Le groupe prévoit de dépasser le milliard d'euros de CA avec le drive cette année : 470 M€ pour Chronodrive (75 unités prévues) et 600 M€ pour Auchan Drive (92 unités prévues). Ce qui confirmera son rang de numéro deux sur le format, derrière Leclerc, lequel devrait tutoyer 1,5 Md €, selon nos informations.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois