LINEAIRES / LES PRODUITS / Intermarché s’engage sur la hausse des prix pour Bel

.

Intermarché s’engage sur la hausse des prix pour Bel [Agathe Lejeune]

13 Décembre 2018

Thierry Cotillard (Intermarché), Antoine Fiévet (Bel) et Gilles Pousse (APBO)

C’est entendu. Intermarché et Netto s’engagent, dans le cadre des prochaines négociations annuelles, à revaloriser en 2019 les prix d’achat des produits fabriqués en France par Bel (Mini Babybel, Kiri, Cousteron et Port-Salut). Les contours de ce cadre financier ne sont pas dévoilés, mais ce dernier a pour dessein une meilleure répartition de la valeur : "Avec cet accord, on passe de l’intention des États Généraux de l’Alimentation à leur traduction dans un dispositif concret, co-construit par les trois maillons de la chaîne : distributeurs, industriel et éleveurs laitiers", fait savoir Thierry Cotillard, Président d’Intermarché et Netto.

Une nouvelle voie dans les relations commerciales

Au départ, il s’agit d’un partenariat, signé il y a un an entre Bel et l’ensemble de ses 800 éleveurs laitiers réunis, en vue d’une agriculture et des produits plus responsables, qui est reconduit pour 2019. Dans les faits, tous les membres de l’Association des Producteurs de lait Bel Ouest (APBO) sont aujourd’hui convertis à une alimentation des vaches sans OGM. Et tous facilitent l’accès au pâturage au moins 150 jours par an.

En contrepartie, Bel s’engage auprès de l’APBO sur un prix de base du lait à 350 euros les 1000 litres, auquel s’ajoutent deux primes (15 euros pour le sans OGM et 6 euros pour le pâturage), soit 371 euros.

À titre indicatif, selon le propre baromètre du magazine professionnel PLM , la rémunération de base en France serait inférieure à 330 euros les 1000 litres au dernier trimestre 2018. Intermarché, qui reverse pour sa part 440 euros les 1000 litres primes aux éleveurs de la Laiterie Saint-Père pour le lait Merci !, s’était déjà montré compréhensif lors des dernières négociations.

"Le soutien d’Intermarché renforce la pérennité de notre approche, se félicite Antoine Fiévet, président du groupe Bel. Nous souhaitons désormais qu’il ouvre une nouvelle voie dans le dialogue des relations commerciales."

Dès janvier 2019, cette démarche de progrès sera rendue visible auprès des consommateurs en s’affichant directement sur les packagings Bel. "De la même manière que nous avons fait évoluer notre mode de relation entre producteur et transformateur, nous souhaitons que cette évolution se prolonge à tous les acteurs, plaide Gilles Pousse, Président de l’APBO, afin d’apporter des réponses durables à de vraies attentes consommateurs."