LINEAIRES / LES MAGASINS / Les visites guidées / Visite chez un franchisé Carrefour

.

Un profil unique dans le groupe

Visite chez un franchisé Carrefour [Benoît Merlaud]

9 Septembre 2006

Alain Parmentier est un commerçant indépendant presque comme un autre. Il possède deux hypermarchés dans l’Ouest de la France, un 7 000 m² à Fougères, en Ille-et-Vilaine et un 5 800 m² à Avranches, dans la Manche. Un adhérent Leclerc ? Non. Il est franchisé… Carrefour.
Indépendant depuis trente ans, Alain Parmentier avait bien commencé sa carrière de commerçant avec l’enseigne Leclerc. Il est ensuite passé chez Rallye, puis Promodès, toujours en franchise. C’est à l’occasion de la fusion de 1999 qu’il a rejoint Carrefour, sans que ce statut, unique dans le groupe, ne soit remis en cause.
Aujourd’hui, l’homme reste discret sur l’avenir qu’il envisage pour ses magasins. En tout cas, c’est un distributeur heureux. Après cinq ans de démarches, il vient d’agrandir son hypermarché normand. Il n’a pas obtenu les 7 000 m² qu’il demandait. Mais avec 5 800 m² autorisés (en transfert extension), il a tout de même fait faire un sacré bond à son Carrefour d’Avranches, qui devait jusqu’alors « vivre » sur 3 400 m².
Alain Parmentier est un commerçant indépendant presque comme un autre. Il possède deux hypermarchés dans l’Ouest de la France, un 7 000 m² à Fougères, en Ille-et-Vilaine et un 5 800 m² à Avranches, dans la Manche. Un adhérent Leclerc ? Non. Il est franchisé… Carrefour.
Indépendant depuis trente ans, Alain Parmentier avait bien commencé sa carrière de commerçant avec l’enseigne Leclerc. Il est ensuite passé chez Rallye, puis Promodès, toujours en franchise. C’est à l’occasion de la fusion de 1999 qu’il a rejoint Carrefour, sans que ce statut, unique dans le groupe, ne soit remis en cause.
Aujourd’hui, l’homme reste discret sur l’avenir qu’il envisage pour ses magasins. En tout cas, c’est un distributeur heureux. Après cinq ans de démarches, il vient d’agrandir son hypermarché normand. Il n’a pas obtenu les 7 000 m² qu’il demandait. Mais avec 5 800 m² autorisés (en transfert extension), il a tout de même fait faire un sacré bond à son Carrefour d’Avranches, qui devait jusqu’alors « vivre » sur 3 400 m².