LINEAIRES / LES MAGASINS / Les visites guidées / Monoprix Saint-Christoly

.

Bordeaux (Gironde)

Monoprix Saint-Christoly [Elodie Martel]

6 Mai 2004

Une renaissance après un passage à vide de deux ans. A Saint-Christoly, en plein cœur de Bordeaux, Monoprix arrive avec une lourde mission : remplacer l’ancienne locomotive du centre commercial, la FNAC. « Depuis le départ de cette dernière, en 2002, les commerçants restants ont vu leur chiffre d’affaires baisser de 25 à 30 % », reconnaissait Claude Deranlot, le président du GIE Saint-Christoly lors de l’inauguration du centre rénové, le 1er avril. « Notre arrivée s’assimile à un défi », confirme Claude Sendowski, le directeur général exécutif du groupe Monoprix. C’est donc dans un environnement entièrement relooké et plutôt haut de gamme mais souffrant d’un déficit de fréquentation qu’ouvre le huitième Monoprix de la région Aquitaine. Pour autant, le nouveau point de vente ne joue pas la carte du Citymarché star mais opte pour « l’expression assez classique de ce que sait faire Monoprix ». Exception faite de la surface accordée au rayon textile (au rez-de-chaussée), moins importante qu’ailleurs, le reste du magasin est effectivement standard.
Au niveau inférieur, priorité est donnée à l’offre alimentaire, laquelle couvre 1 412 m2. Points d’orgue du magasin, les rayons traditionnels sont situés à l’entrée. « Pour coller aux besoins de la clientèle bordelaise et prendre l’avantage sur nos concurrents, nous avons mis l’accent sur les rayons à service », explique le directeur. Le chaland pénètre par le rayon des fruits et légumes, où les jeux de lumière confèrent une ambiance plutôt intimiste, avant de trouver le pôle charcuterie/traiteur/fromage sur sa droite. A gauche, la boucherie traditionnelle propose de la viande haut de gamme tandis que deux têtes de gondoles toutes proches contiennent les formats économiques. La poissonnerie est quant à elle reléguée en ceinture, et manque de clarté. Un choix qui ne devrait cependant pas gêner les Bordelais, ces derniers ne figurant pas au rang des plus grands mangeurs de poisson. L’agencement des rayons libre-service reste lui aussi très classique avec juste quelques fantaisies en matière de balisage et, comme d’habitude, une large gamme d’épicerie fine et exotique, laquelle se situe à proximité de l’espace consacré à la livraison à domicile. Un service sur lequel le magasin fonde de gros espoirs.