LINEAIRES / LES MAGASINS / Les visites guidées / Leclerc Concarneau

.

Leclerc Concarneau [Elodie Martel]

13 Septembre 2007

Au sein du mouvement Leclerc, une inauguration est toujours un événement. Mais lorsqu’il s’agit d’un magasin appartenant à une figure emblématique comme Jean-Michel Bordais, Président de la Scarmor (de 1986 à juin 2007), et à son épouse, cela lui donne une dimension particulière.
Le 26 juin, l’adhérent était particulièrement fier de montrer l’espace culturel de 650 m2 créé à l’occasion de l’agrandissement de la galerie marchande, « pour aider à l’amélioration du taux de lecture à Concarneau, inférieur à la moyenne nationale ». Déjà, il génère 10 % du chiffre d’affaires de l’ensemble. Couleurs sombres, lumières tamisées, absence de chariots, l’ambiance y est très différente de celle du magasin.
Fidèle aux valeurs fortes du mouvement, l’adhérent a privilégié la sobriété. A l’exception de quelques panneaux indiquant l’emplacement de l’espace promotionnel PGC et de la zone saisonnière, le chaland ne peut guère compter que sur lui-même pour se repérer dans le magasin. Seuls les rayons traditionnels en ceinture font l’objet d’une signalisation en hauteur. Ailleurs, point de pancartes ! Dans le même esprit, le balisage des linéaires est quasiment absent. Quelques rares industriels comme Danone ont réussi à placer, ça et là, un peu de matériel pour faciliter le repérage de leurs gammes. Même les têtes de gondoles doivent se passer d’affiches. « Nous avons voulu laisser la place aux produits et aux prix », plaide Jean-Michel Bordais (le magasin se situe à un indice de 96,2 comparé à la moyenne nationale de 95,7 sur la base du panier type Linéaires). Seule la zone marché a fait l’objet d’un traitement particulier, avec l’aide de l’agence Saguez & Partners. Le bois est mis à l’honneur au rayon fruits et légumes tandis que la boucherie et le traiteur se parent d’un rouge-bordeau des plus inhabituels mais très flatteur. Là encore, la profusion d’étiquettes n’est pas à l’ordre du jour. Seules quelques ardoises noires sont disposées à l’arrière, indiquant les affaires du moment. Une extrême sobriété a priori efficace. Le magasin enregistre déjà des progressions de chiffre d’affaires de 15 %.

Repères

Une histoire mouvementée
En 1968, Edouard Leclerc en personne ouvre un magasin dans le centre de Concarneau (il fut également propriétaire des unités de Pont l’Abbé, Douarnenez, Gouesnou et Landerneau). En 1971, Jean-Michel Bordais reprend le point de vente en gérance libre avant que celui-ci ne soit victime d’un incendie un an plus tard. Edouard Leclerc offre le fonds de commerce au malheureux gérant, qui fait reconstruire un point de vente tout neuf à l’écart du centre-ville. Depuis, le magasin a progressivement été agrandi pour passer de 2 200 m2 à 5 200 m2.
Un adhérent emblématique
Jean-Michel Bordais a été président de la Scarmor pendant plus de vingt ans, de 1986 à 2007. Il a été remplacé à la fin du mois de juin par Philippe Cousyn, adhérent du Leclerc de Lannion (22). Entre autres responsabilités nationales, Jean-Michel Bordais a notamment présidé la commission prix du mouvement après s’être occupé de la communication dans les années 80.