LINEAIRES / LES MAGASINS / Les visites guidées / E-commerce : quand le point de retrait devient lui-même un commerce alimentaire…

.

E-commerce : quand le point de retrait devient lui-même un commerce alimentaire… [B. Merlaud]

8 Octobre 2014

Les points de retrait sont une alternative séduisante (et économique) à la livraison à domicile. Au point que Pickup imagine d'en faire de vrais "lieux de destination", proposant à la fois retrait de colis, services et shopping alimentaire. Découverte en images du premier "Pickup store".

Le réseau Pickup, qui se présente comme le numéro un français du secteur avec 100.000 colis traités par jour, dispose déjà de 7000 points relais dans le pays, essentiellement chez des commerçants (notamment Système U et Casino).

L'entreprise développe cette année deux nouvelles activités : les consignes automatiques, capables de gérer jusqu'à 150 colis par jour et, désormais, les Pickup stores.

Ces magasins de retrait sont conçus pour traiter davantage de colis que les consignes automatiques. Ils disposent, en coulisses, d'un robot Kardex (un fournisseur qui équipe déjà, par ailleurs, des drives).

Quand le client se présente au Pickup store, il s'identifie sur une borne qui va aussitôt animer le robot pour aller chercher le colis, dans une énorme armoire de stockage vertical, et l'envoyer jusqu'au comptoir.

Achats d'impulsion

L'opération ne dure que quelques secondes, mais Pickup entend mettre ce temps à profit pour offrir des services supplémentaires au client et, surtout, déclencher des achats d'impulsion.

Les Pickup stores ont ainsi vocation à accueillir des corners marchands : relais Poste, pressing 5àsec, Mister Minit (clés et cordonnerie), monSAV.com (réparation multimarques high tech). Sans oublier, donc, une offre de "shopping alimentaire", axée sur le café (Coffea), le vin (Le repaire de Bacchus) et les fleurs.

Il est tentant, à ce stade, d'imaginer que le concept s'ouvre par la suite à d'autres partenariats, à commencer par les enseignes de proximité urbaine : pourquoi pas un Dailymonop' ou un Casino Shop ?

Ces concepts alimentaires sont en effet déjà calibrés pour s'implanter dans des zones de flux, qui sont la cible prioritaire des Pickup stores.

Le premier magasin vient d'ouvrir ses portes dans la gare SNCF d'Ermont-Eaubonne (95), qui accueille 60.000 passagers par jour. Deux autres inaugurations de Pickup stores sont programmées avant la fin de l'année, dans les gares d'Evry-Courcouronnes (91) et surtout de Paris Saint-Lazare, qui voit passer à elle seule 450.000 passagers par jour.