LINEAIRES / LES MAGASINS / Les visites guidées / Cora Livry-Gargan

.

Cora Livry-Gargan [Florent Vacheret]

11 Octobre 2006

Voilà un Cora qui ne ressemblera pas aux autres ! L’hyper de Livry-Gargan, dont les travaux se sont achevés mi-septembre, est le « bébé » d’un homme : son directeur depuis huit ans, Vincent Stellian. Profitant de l’autonomie laissée aux directeurs chez Louis Delhaize, il a souhaité modeler l’hyper à son idée, cherchant à coller au mieux à sa problématique locale. Pas facile, en effet, d’exister au milieu de 11 Carrefour... Avec l’appui de l’agence spécialisée Malherbe, le nouveau Cora Livry-Gargan a vu le jour : moderne, très sobre, sans ostentation. « Nous avons voulu faire ce que j’appellerai du discount chic par opposition au discount cheap », explique Vincent Stellian. L’exigence de sobriété se traduit par la suppression de tous les messages non essentiels : le magasin ne « prend la parole » que pour parler de prix. Photos d’ambiance, affiches promo colorées, matériel fournisseurs ou autre ILV/PLV sont proscrits. L’attention des clients sur le prix est captée par l’utilisation d’un symbole spécifique : une astérisque élaborée sous la forme de deux flèches (voir photos pages suivantes). Cet astérisque se retrouve sur les stop-rayons repérant toutes les bonnes affaires qu’elle qu’en soit la nature (baisse de prix, gratuité, lot, etc.). Elle est aussi mise en scène de façon très spectaculaire sur d’immenses bannes à fond noir suspendues au plafond. Chacune d’elle est porteuse d’une « promesse prix » permanente élaborée spécifiquement par le magasin pour ses clients : la 6e bouteille de vin gratuite, une clé USB offerte pour l’achat d’un ordinateur, une carte mémoire d’1giga offerte pour l’achat d’un appareil photo numérique, etc.
La sobriété repose également sur l’utilisation de trois couleurs uniques : le blanc, le rouge et le noir, ce dernier étant utilisé sur une partie du mobilier (boucherie, parfumerie, etc.) et jusqu’au plafond. « J’ai souhaité rendre le magasin aussi intemporel que possible », argumente Vincent Stellian.
Carrelage et mobilier surgelés mis à part, l’hyper a été entièrement rénové et agrandi de 3 300 m2 pour atteindre 9 900 m2 au global. Une cafétéria a également été créée en galerie. Le tout pour un investissement de 15 M€. « C’est un très bon rapport qualité/prix et cela démontre qu’on peut faire du beau sans dépenses somptuaires », défend Vincent Stellian. Concrètement, le mobilier a été harmonisé au maximum : le même type de gondoles pour tout le magasin, les mêmes plinthes inox au pied des rayons, etc. Une « contrainte » qui contribue néanmoins à donner un résultat très homogène. Les clients en redemandent. « En 2008, nous auront doublé le chiffre d’affaires », pronostique Vincent Stellian. Tout de même…