LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Un cybermarché pour les Mousquetaires

.

La province rurale et la banlieue en ligne de mire

Un cybermarché pour les Mousquetaires [Julien Uguet]

19 Janvier 2005

Et un de plus ! Après AuchanDirect, Houra, Ooshop et Telemarket, Intermarché se lance dans l’aventure du cybermarché. Le groupement des Mousquetaires a ouvert, fin 2004, un site de vente en ligne « www.intermarche.fr ».
Ce lancement, révélé par le Journal du Net, s’effectue en toute discrétion et avec une certaine prudence. En effet, même si ce nouveau supermarché virtuel possède les mêmes fonctionnalités que ses concurrents, son champ d’action se limite à une zone de couverture restreinte. Comme l’avait annoncé Philippe Lebreton, président d’ITM Entreprises fin 2003, ce cybermarché ne livre que des régions peu urbanisées ou mal couvertes par la concurrence. Au total, 500 communes sur 16 départements (Ariège, Lande, Loire, Yvelines, Essone, etc.) sont pour l’instant concernées.
A l’image du site de vente en ligne développé par l’anglais Tesco, ce nouveau service fonctionne selon le principe du « picking ». Chaque magasin se charge de répondre à la demande des cyberclients habitant dans sa zone de chalandise : réception de la commande, préparation, livraison, encaissement. Ce système permet aux Mousquetaires de gagner en réactivité mais surtout de limiter les investissements, notamment logistique.

5 à 12 € de frais

Ce "cyber-Intermarché" est relativement simple côté navigation. La boutique offre la possibilité de choisir un créneau de livraison de deux heures, selon les disponibilités et les heures d’ouverture du point de vente. Ce choix reste toutefois modifiable à la fin de la commande et le client peut également décider de retirer sa commande en magasin. Après avoir ouvert un compte sur le site, il ne lui reste alors plus qu’à surfer pour remplir son panier. Pour les frais de port, il faut compter en moyenne cinq euros, mais certains Intermarché facturent huit euros alors que d’autres les offrent. Il est également nécessaire d’ajouter des frais de préparation facturés en moyenne trois euros. Mais là aussi, certains Intermarché les prennent à leur charge. Si bien qu’un client habitant le 15ème arrondissement de Paris s’acquittera, au global, de cinq euros en plus du montant de son panier, alors que celui résidant à Champdolent en Charente Maritime déboursera 12 euros ! Le paiement en ligne n’est pas possible. Le règlement s’effectue par chèque ou carte bancaire lors de la livraison.
Le site propose plus de 4 000 références à choisir dans tous les rayons du magasin virtuel, des surgelés aux produits d’entretien. En cas de rupture du stock, des références de substitution sont automatiquement proposés aux clients. Autre avantage : ce nouveau cybermarché offre la possibilité d’utiliser en ligne la carte fidélité Intermarché. Les achats cumulés viennent alimenter le compte de l’adhérent, de la même façon que les courses réalisées en magasin.