LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Résultats Carrefour : une année 2011 à oublier

.

Résultats Carrefour : une année 2011 à oublier [Patricia Bachelier]

8 Mars 2012
Bientôt la sortie de scène pour Planet ?

Carrefour avait prévenu les marchés financiers : le groupe a clôturé son exercice sur de mauvais résultats.

Son chiffre d’affaires (81,2 Mds€ HT) est en recul de 0,6 % à magasins comparables et hors essence (+ 0,9 % sinon).

Le résultat opérationnel courant (ROC) chute de 19,2 % (à 2,2 Mds€), essentiellement plombé par les contre-performances des hypermarchés en France et en Grèce.

Le résultat net du groupe est en recul de 14,3 % (à 371 M€).

Carrefour se félicite de la stabilité de sa marge commerciale, mais admet n’avoir gagné que 58 M€ sur les achats, au lieu des 225 M€ annoncés : les négociations avec les fournisseurs ont été plus difficiles que prévu !

Ses frais généraux (+ 2,3 %) ont augmenté plus vite que le chiffre d’affaires et les réductions de coûts opérationnels (449 M€) ont été inférieures aux objectifs prévus pour 2011 (480 M€).

- 32,4 % pour la France

S’agissant des performances par zone géographique, seule l’Amérique latine apporte une vraie satisfaction : + 10,1 % pour le CA (hors essence et à taux de change constant), + 27,5 % pour le ROC.

En revanche, Carrefour est dans le rouge en Asie. Le CA est en hausse de 5,1 %, mais le ROC en baisse de 9,7 %. Les résultats sont pires encore en Europe, notamment en France, qui représente encore 43 % du CA total du groupe.

Talon d’Achille de Carrefour, la France affiche un chiffre d’affaires de 34,9 Mds€, en recul de 1,2 % hors essence. Le résultat opérationnel courant s’effondre de 32,4 %. Sans grande surprise, les hypermarchés sont les principaux responsables de la déroute. Annoncé comme le projet salvateur pour la branche, le concept Planet a fait pschitt…

Planet enterré

On le savait depuis quelques mois déjà : Carrefour a confirmé ce matin des résultats en deçà des objectifs. Certes, les hypers Planet régressent moins vite (- 3,1 %) que les magasins non convertis (- 4,6 %). Mais c’est bien insuffisant au vu des investissements consentis.

Carrefour a donc officialisé à demi-mot l’enterrement du concept, en France comme dans les pays voisins où Planet donnait cependant des résultats plus convaincants : + 8,7 % en Belgique par exemple, pour des magasins non convertis à + 1 %.

Très concrètement, seuls 11 nouveaux hypers passeront Planet en 2012 (dont 3 en France), ce qui portera à 92 le parc total. On sera bien loin des 221 Planet pour fin 2013, encore annoncés il y a six mois. En France comme ailleurs, Carrefour évoque "une pause pragmatique" dans le déploiement.

Encore frileux sur les prix

Pour redresser la branche hyper, désormais scindée en trois divisions selon la taille et le profil des magasins, le distributeur dit vouloir reprendre la main sur les prix. Mais son ambition se limite pour l'instant à 500 produits essentiels de marques nationales (ceux qui bénéficient déjà de la "Garantie prix le plus bas").

Et le distributeur ne promet même pas explicitement d’être vraiment le moins cher, mais vise le "co-leadership" (sous entendu : avec Leclerc). Pas sûr que cela suffise à faire revenir les clients, d’autant que l’enseigne annonce en parallèle une réduction drastique de la promotion.

Georges Plassat succèdera à Lars Olofsson début avril avec un plan de relance certainement musclé. Il est attendu comme le Messie, nul doute que ses premières mesures seront accueillies avec beaucoup de fébrilité.