LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Nouveaux concepts : l’heure du bilan / Leclerc express prend ses marques

Leclerc express prend ses marques [F. C.-L.]

11 Décembre 2006

Leclerc express poursuit son développement, à son rythme, sans générer de déferlante. A l’origine du projet, la Scapest et la Scalandes restent les seules centrales régionales Leclerc impliquées (deux magasins chacune). « Ca se passe très bien, se félicite Jean-Paul Pageau, président de la Scapest. Nous en avons deux d’ouverts, trois autorisations et une dizaine de dossiers en cours. » Adhérent à Thionville, Serge Febvre pilote le dossier Leclerc express à la Scapest. Il complète : « Nous sommes en phase avec les objectifs que nous nous étions fixé même si l’obtention des autorisations demande plus de temps que prévu. » Début 2006, la Scapest avait indiqué vouloir créer une vingtaine de Leclerc express d’ici à la fin 2008 et 80 unités en l’espace de 5 ans.
Le concept global reste inchangé. Leclerc express se positionne sur du soft-discount de proximité, avec une offre importante en MDD et en marques nationales : respectivement 45 % et 35 % de l’assortiment (2 500 à 3 000 références) contre 20 % environ pour les premiers prix. Les deux centrales adoptent toutefois une politique d’assortiment différente. Ouvert en février dernier, le premier Leclerc express, à Grenade-sur-l’Adour (40), ne propose que 10 % d’Eco +. La proportion de marques nationales a été portée de 40 % à 50 %. « Les clients réclamaient davantage de marques, notamment sur le café ou le pet-food », explique Nicolas Rieffel, son directeur.
Toujours pas de rayons trad. « Mais les adhérents ont la possibilité d’ajouter une boucherie à l’extérieur du magasin », souligne Serge Febvre. Un parti pris qui n’a pas été sans peser sur la fréquentation à Grenade-sur l’Adour au cours des premiers mois. « Nous avons un peu souffert, reconnaît Nicolas Rieffel. Avec la suppression des rayons trad nous avons perdu des clients mais nous avons aussi recruté des ménages avec enfants habitués au libre-service. Nous avons d’ailleurs doublé le chiffre d’affaires au frais. »
Si les deux premiers Leclerc express étaient issus de reprises de magasins, les prochains seront des créations pures. « Au départ nous étions sur une surface de 800 m². Aujourd’hui, nous privilégions des ouvertures sur 800 à 1 000 m² », ajoute Serge Febvre.
La Scapest se dit satisfaite des premiers résultats de ses deux magasins. « Nous sommes pratiquement en ligne avec le chiffre d’affaires prévisionnel. Nous ne nous faisons pas de soucis quant à leur rentabilité, poursuit Serge Febvre. Le chiffre d’affaires des Leclerc express constitue de l’additionnel pour les Centre Leclerc situés à proximité. Ils nous permettent aussi de conquérir des non-clients privilégiant les petites surfaces. » « Nous avons pris sur les supermarchés concurrents, pas sur le Centre Leclerc », confirme Nicolas Rieffel à Grenade-sur-l’Adour.
A noter qu’à la demande des clients, la Scapest réfléchit à l’introduction de la carte Leclerc dans l’enseigne Leclerc express. Il s’agirait d’une version spécifique à l’enseigne, la structure de l’assortiment étant différente de celle des Centres Leclerc. A Grenade-sur-l’Adour, le Leclerc express distribue déjà des « tickets express », des bons d’achats non cumulables sur la carte Leclerc.
Enseigne : Leclerc Express
Création : Février 2006
Parc actuel et projection : 4 magasins. La scapest et la scalande restent les seules centrales Leclerc impliqués avec une dizaine de dossiers en cours chacune.