LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Manuel Valls appelé à sanctionner les distributeurs

.

Manuel Valls appelé à sanctionner les distributeurs [B. Merlaud]

11 Juin 2014
Manuel Valls appelé à sanctionner la guerre des prix

Dans une lettre ouverte au Premier ministre, diffusée par communiqué de presse, les représentants des filières agricoles et agroalimentaires dénoncent les conséquences de la guerre des prix entre enseignes.

L'Ania, la FNSEA et Coop de France évoquent de nouvelles ristournes exigées par les distributeurs, en dehors du cadre des négociations annuelles.

Ces trois organisations interpellent "solennellement" Manuel Valls sur les "ravages de la guerre des prix, poursuivie, entretenue et amplifiée par les enseignes de la grande distribution".

Le courrier pointe notamment de nouvelles exigences tarifaires formulées par les enseignes. "Moins de trois mois après la fin des négociations commerciales particulièrement âpres et tendues, notent les trois organisations, les fournisseurs ont été re-convoqués par leurs clients de la grande distribution pour leur réclamer des compensations de marges supplémentaires injustifiées et hors contrat."

Les représentants des filières alimentaires évoquent des menaces de déréférencement, des sommes demandées "astronomiques", "pouvant atteindre jusqu’à 10% du chiffre d’affaires annuel réalisé avec l’enseigne".

L'Ania, la FNSEA et Coop de France appellent publiquement Manuel Valls à "mettre un terme à cette guerre des prix", "faire respecter le code du commerce enrichi récemment par la loi de consommation", "redoubler de vigilance face aux comportements abusifs des grandes enseignes de la distribution" et "soutenir [leur] démarche de construire les termes d’une négociation responsable".

Les trois organisations rappellent les difficultés du monde agricole français, les fermetures, l'an dernier, de 316 sites de production agroalimentaire ainsi que la suppression de plus de 6400 emplois.

A terme, elles estiment que 15000 à 20000 emplois seraient menacés par la guerre des prix, "sacrifiés sur l’autel des parts de marché des enseignes de la grande distribution". Et le courrier de rappeler, au passage, que les distributeurs sont l'un des grands bénéficiaires du crédit d'impôt compétitivité emploi, "alors que certains de leurs fournisseurs, dont les coopératives agricoles, n’y ont pas accès".

Le texte intégral de la lettre ouverte :

LINEAIRES express