LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / LinéairesPrix : le match Leclerc-Carrefour fige les positions

EXCLUSIF ! Imprimer

LinéairesPrix : le match Leclerc-Carrefour fige les positions [Florent Vacheret]

4 Février 2013

Méthodologie

Entre juillet et décembre 2012, l’équipe de Linéaires a visité 160 magasins dans toute la France, relevant les prix de 102 références alimentaires, y compris liquides. 94 sont des produits de grande marque, leaders sur leur rayon. Le panier comprend également sept premiers prix basiques : farine, poulet PAC, litre de lait, etc., ainsi que la symbolique baguette de pain. L’indice de l’enseigne correspond à la moyenne de ses indices par produit.

Statu quo ou bis repetita, c'est au choix. Le classement des indices LinéairesPrix est resté figé sur le second semestre 2012. L'unique changement de position, sur lequel nous reviendrons longuement, concerne Monoprix et Supermarché Casino. Les Citymarché cèdent leur dernière place, jamais contestée en onze années de relevés, à leurs cousins stéphanois. Tout un symbole…

Mais en tête comme au cœur du classement, donc, aucun changement. Leclerc reste indéboulonnable à la première place. Plus que jamais, même, car la lutte acharnée qu'il livre à Carrefour sur les produits majeurs de l'alimentaire l'a poussé à battre un nouveau record : 92,9. En clair, Leclerc est un bon 7 % moins cher que la moyenne toutes enseignes sur les grandes marques !

Sortir d’une bataille « au code à code »

Carrefour, son dauphin, est encore récompensé de son agressivité, portée par la « Garantie prix bas ». Même si son indice se détériore à la marge (94,0), il est rassurant de retrouver l’enseigne iconique de l’hyper en France dans cette posture durablement agressive. Intermarché complète une fois de plus le podium et Super U conserve sa quatrième place habituelle. L'un et l'autre en embuscade... mais à distance raisonnable du front tout de même.

Quant à Auchan, cinquième, il semble se contenter de n'être plus vraiment au cœur de la bataille : après une légère amélioration observée lors des deux vagues précédentes, son indice se dégrade de nouveau, + 0,7 point. Choix délibéré de sortir d'une bataille « au code à code » un peu stérile ou impérieuse nécessité faisant loi ?

Géant, cinquième dégradation consécutive de l’indice

Plus loin au classement, deux autres enseignes d'hypers méritent un commentaire. Positif pour Cora qui, après une fâcheuse tendance au dérapage depuis début 2011, a remis un peu d’ordre dans la maison (- 2,1 points à 101,5).

Négatif pour Géant Casino, trônant à l'indice 106,0 (+ 0,8 pt) et célébrant la cinquième dégradation consécutive de son indice de prix. Si le groupe Casino n'avait pas clairement manifesté sa volonté de baisser les prix depuis quelques semaines - mais quasi uniquement sur les MDD pour l'heure - l'on pourrait se demander si l'on n’assiste pas à un lent suicide commercial en direct, dans l’indifférence générale !

D’autant que la performance des supermarchés Casino n’est pas pour rassurer non plus. Avec un indice 113,0, ils touchent un terra incognita sur laquelle Monoprix lui-même n’ose pas s’aventurer.

Pour aller plus loin

A lire dans le numéro de février 2013 de Linéaires :

- La version intégrale de l'article