LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Lidl grappille encore des parts de marché de mi-mars à mi-avril

.

Lidl grappille encore des parts de marché de mi-mars à mi-avril [J. Bertin]

8 Mai 2019

L’enseigne de supermarchés à dominante marques propres continue sur sa lancée. La part de marché de Lidl a bondi de 0,4 point entre le 18 mars et le 14 avril, atteignant de nouveau la barre des 6 %, selon les dernières données de Kantar Worldpanel.

Photo DR

Très bien orientée depuis le début de l’année, Lidl s’arroge de nouveau le plus gros gain de part de marché sur les PGC et le frais LS entre le 18 mars et le 14 avril 2019. Forte d’une progression de + 0,4 point sur un an, l’enseigne d’origine allemande atteint encore une fois la barre des 6 %, selon les données de Kantar Worldpanel. “L’enseigne séduit 600 000 nouveaux acheteurs sur ces quatre semaines, précise le panéliste. Des résultats à mettre en perspective des investissements publicitaires en hausse de 15 % sur la période.”

Sur les trois derniers mois, Lidl s’octroie 5,9 % des ventes de PGC-FLS dans l’Hexagone. A titre de comparaison, la part de marché de l’enseigne était de 5,6 % sur le même trimestre en 2018, de 5,4 % en 2017 et seulement de 5 % en 2016 !

Reparti à la hausse sur la P3 (+ 0,3 point), le groupe Intermarché confirme, lui aussi, sa progression et enregistre un gain de + 0,2 point de part de marché à 14,8 % du 18 mars au 14 avril.

Les autres gagnants de la P4 sont Système U (+ 0,1 point) grâce à un trafic en augmentation et le groupe Carrefour (+ 0,1 point) dont les difficultés des hypers sont compensées par les performances de Carrefour Market et de Carrefour Drive.

Stables entre mi-mars et mi-avril avec des parts de marché respectives de 21,1 % et 2,2 %, Leclerc et Aldi réalisent de meilleures performances que les groupes Auchan et Casino. Lesquels ne sont pas cités dans le communiqué officiel de Kantar, ce qui signe leur évolution négative sur la période.


A retenir également pour la période allant du 18 mars au 14 avril :

  • En hausse de + 1,6 % depuis le début d’année, les dépenses des foyers français ont ralenti (+ 0,8 % sur la P4), en raison notamment d’un effet calendaire défavorable (Pâques intégrait la P4 en 2018 mais figurera dans la P5 cette année).
  • Les foyers français ont été plus dépensiers sur internet : le canal online gagne + 0,4 point de part de marché entre le 18 mars et le 14 avril.