LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Les premiers effets (réels) du Nutri-Score sur les achats des Français

.

Les premiers effets (réels) du Nutri-Score sur les achats des Français [B. Merlaud]

9 Juillet 2018
Les premiers effets (réels) du Nutri-Score sur les achats des Français

Après avoir testé le Nutri-Score en drive pendant trois mois, Leclerc observe que le pictogramme modifie les habitudes d'achat de ses clients. Le profil nutritionnel des paniers s'améliore de 10%.

En 2016, le gouvernement cherchait encore quel pictogramme nutritionnel il allait soutenir. Leclerc avait alors fait valoir un choix, pour ses MDD, en faveur du "Nutrimark", un système maison inspiré d'une méthode australienne, avec des notes sur 5. Un premier test, en drive (sans avoir besoin de modifier les packs, donc), s'était révélé peu probant.

De février à avril 2018, Leclerc a lancé une nouvelle étude, pour mesurer cette fois l'impact du Nutri-Score.

Le Nutri-Score, pour mémoire, est une note (de A pour les meilleurs produits à E pour les moins bons) traduisant la qualité nutritionnelle d'un aliment, sur la base des teneurs en nutriments majeurs. Son apposition sur les emballages n'est pas obligatoire, mais elle est encouragée par les pouvoirs publics.

Durant trois mois, donc, Leclerc a comparé les ventes de trois parcs de drives, traitant différemment les fiches produits MDD. Certains avec le Nutri-Score, d'autres avec le Nutrimark, d'autres enfin sans pictogramme nutritionnel. Les comportements d'achat de 300.000 clients (un tiers dans chaque échantillon) ont été disséqués par la société d'études Inbox.

Verdict : s'il se confirme que le Nutrimark ne produit pas d'effets spectaculaires, l'affichage du Nutri-Score, en revanche, influence de façon significative les choix des consommateurs.

Afin de chiffrer les progrès réalisés, Inbox a affecté à chaque produit acheté une note selon la méthode de la Food Standard Agency du Royaume-Uni. Ce système, accepté par la communauté scientifique (mais trop complexe pour être utilisé auprès du grand public), s'applique à tous les aliments avec la même échelle de valeur, ce qui permet de comparer des paniers de courses complets.

Un effet plus important auprès des populations défavorisées

Au final, les clients des drives utilisant le Nutri-Score ont vu la note nutritionnelle de leurs paniers s'améliorer de 10%. C'est dix fois plus qu'avec le Nutrimark.

L'effet est encore plus frappant auprès des populations identifiées comme défavorisées, qui consomment moins bien que la moyenne sur un plan nutritionnel. Grâce au Nutri-Score, la note obtenue augmente de 13%.

Les changements de comportement varient aussi selon les tranches d'âge. La consommation des moins de 30 ans s'améliore de 10%, celle des 31-50 ans de 9%, tandis que les plus de 50 ans, au profil déjà plus équilibré, voient leur note progresser de 12%.

Si l'effet est donc positif pour toutes les générations, symboliquement, l'écart se creuse néanmoins encore davantage entre les jeunes et les seniors. Ces derniers, une fois alertés par le Nutri-Score, deviennent les champions incontestés du nutritionnellement correct.

"Les résultats confortent E.Leclerc dans l'adoption définitive du Nutri-Score et dans l'abandon de Nutrimark", conclut le distributeur. La note Nutri-Score de 3000 références Marque Repère a été calculée et s'affiche depuis mi-juin dans l'application mobile du même nom, dédiée à la MDD de l'enseigne. Mais le pictogramme est pour l'heure encore absent des fiches produits des drives Leclerc. Il sera déployé "en dur" sur les emballages, promet Leclerc, d'ici 2020.

À date, 73 entreprises ont fait savoir qu'elles adopteraient le Nutri-Score sur leurs produits. Parmi lesquels Bonduelle, Fleury Michon, Danone Produits Frais ou Jacquet Brossard. Quatre distributeurs se sont positionnés pour leurs MDD : Auchan (en France mais aussi au Portugal), Casino, Intermarché et Leclerc.