LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Laits infantiles : la gabegie dépasse largement le cadre des GMS

.

Laits infantiles : la gabegie dépasse largement le cadre des GMS [B. Merlaud]

11 Janvier 2018
Un rappel de laits infantiles Lactalis en hypermarché

Une enquête de la répression des fraudes met en évidence des défaillances dans tous les réseaux de vente de laits infantiles. Des produits qui ont échappé à la procédure de retrait ont été trouvés aussi bien dans des grandes surfaces que des parapharmacies ou des hôpitaux.

Les contrôles ont été menés à partir du 26 décembre dans 2500 points de vente. Les enquêteurs des services des fraudes ont constaté la présence de laits infantiles incriminés dans 91 sites.

Dans le détail, 44 parapharmacies sont mises en cause, 30 grandes surfaces, 12 hôpitaux, 3 grossistes et 2 crèches.

Une nouvelle vague de contrôles est programmée pour la semaine prochaine.

Parce qu'elle concentre les volumes de vente, la grande distribution concentre les feux des projecteurs. Surtout, aussi, parce qu'elle est la seule à publier un bilan de ses erreurs.

Après les révélations de Leclerc le 9 janvier , les mea culpa des enseignes se sont accumulés les 10 et 11 janvier, précisant le nombre de boîtes de lait infantile vendues à des clients malgré les procédures de retrait en vigueur. En voici une synthèse.

- Leclerc : 984 boîtes
- Carrefour : 434 boîtes
- Casino : 403 boîtes
- Système U : 384 boîtes
- Cora : 72 boîtes
- Auchan : 52 boîtes
- Intermarché : des signalements de clients mais pas de bilan de l'enseigne, qui préfère communiquer sur le déréférencement "définitif" de la marque Milumel.

Le ministre de l'Économie Bruno Lemaire a estimé le 11 janvier que cette affaire avait "donné lieu à des comportements inacceptables qui devront être sanctionnés". Il a rappelé que les distributeurs (convoqués au ministère en fin de journée) sont responsables des produits qu'ils commercialisent.

Il a surtout, à plusieurs reprises, déploré que l'entreprise Lactalis se soit révélée "défaillante", au point notamment que l'État ait dû prendre l'initiative de l'une des trois procédures de retrait engagées en décembre.