LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / La retraite dorée de Georges Plassat

.

La retraite dorée de Georges Plassat [B. Merlaud]

18 Juillet 2017
Georges Plassat (à gauche) laisse la présidence de Carrefour à Alexandre Bompard ce 18 juillet

Le conseil d'administration de Carrefour vient officiellement de nommer Alexandre Bompard PDG du groupe. Georges Plassat, lui, fait valoir ses droits à une retraite plus que confortable. Selon les calculs de Linéaires, en complément d'une indemnité de départ de plus de 3 millions d'euros, le dirigeant devrait percevoir 500.000 euros de bonus annuel, à vie.

Cette mécanique de retraite-chapeau, qui vient en complément des retraites "classiques", avait provoqué un scandale en 2005 quand Carrefour s'était séparé de son PDG Daniel Bernard. A l'époque, les sommes en jeu étaient autrement plus folles : plus de 9 millions d'euros d'indemnité de départ et 1,2 million d'euros de bonus annuel.

La justice avait d'ailleurs fini par annuler ce parachute en or massif, tandis que José-Luis Duran, le successeur de Daniel Bernard, se voyait privé de toute retraite-chapeau.

Cette mécanique de rente additionnelle a toutefois fait sa réapparition chez Carrefour avec l'arrivée à sa tête de Lars Olofsson. Trois petites années de présidence ont suffi au dirigeant pour repartir avec la certitude de toucher, selon nos calculs de l'époque, 350.000 euros de bonus annuel (auxquels s'ajoutaient 1,5 million d'euros de clause de non-concurrence).

Le cadeau de départ de Georges Plassat est donc plus généreux dans ses montants. Mais à la différence de Lars Olofsson, Georges Plassat s'en va sous les remerciements appuyés de son conseil d'administration, laissant derrière lui un bilan globalement positif. Il fait également valoir davantage d'ancienneté dans le groupe.

10 millions d'euros touchés en 2016

Les conditions qui déterminent le parachute doré de Georges Plassat, dans le détail, prévoient une indemnité de départ, qui vaut aussi clause de non-concurrence, équivalente à un an de salaire (fixe et variable, hors rémunérations "de long terme"). Soit près de 3,5 millions d'euros.

Pour mémoire, les revenus totaux du PDG pour l'année 2016 frôlent les 10 millions d'euros, grâce à 3,3 millions d'euros "à long terme" et l'attribution de 140.000 actions valorisées 3,1 millions d'euros.

Pour le calcul de sa retraite-chapeau, Georges Plassat cumule cinq ans d'ancienneté comme PDG mais aussi trois ans à la tête de la branche espagnole de Carrefour, à la fin des années 1990. En considérant qu'il a suffisamment rempli ses différents objectifs annuels (ce qu'attestent ses rémunérations successives), le jeune retraité est donc assuré de percevoir, à vie, un complément de retraite dépassant les 500.000 euros annuels, selon nos estimations.