LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Encore trop de ruptures en drive

.

Encore trop de ruptures en drive [B. Merlaud]

18 Juillet 2018
Encore trop de ruptures en drive

Selon Iri, les taux de rupture sont 30% plus élevés en drive qu'en hyper. Plus de 5% de chiffre d'affaires serait ainsi perdu. Parmi les catégories les plus touchées : les produits pour bébé et les surgelés.

Les mesures d'Iri portent sur 112 familles de produits et courent sur 12 mois, arrêtés à mi-mai 2018.

La société d'études calcule que les ruptures coûtent précisément 5,4% de chiffre d'affaires aux drives, contre 4,1% aux hypermarchés.

La disparité est forte entre enseignes, puisque le taux de perte varie en réalité de 3,5% à 12,2% selon les distributeurs. Avec les drives entrepôts d'un côté et le picking en magasin de l'autre...

Côté rayons, le DPH (droguerie, parfumerie, hygiène) est le secteur le plus concerné par le problème, avec 8,5% du CA perdus. En tête des produits les plus pénalisés : les couches, les gels douche, les lessives.

Les ruptures, ensuite, coûtent 6,5% de CA à l'épicerie selon Iri. Les laits infantiles, les aliments pour bébé et les cafés en dosettes en sont les premières victimes.

Suivent les liquides, avec un impact des ruptures mesuré à 5,9% des ventes. Whiskies, bières de spécialité et jus de fruits occupent le podium des catégories les plus touchées.

Les produits frais s'en sortent mieux avec une perte de 3,8% du chiffre d'affaires. À côté des beurres, les spécialités glacées individuelles, les poissons surgelés et les plats cuisinés surgelés sont les familles les plus confrontées au problème.

Les Ateliers du drive et du e-commerce alimentaire

Envie d'en savoir plus sur les études d'Iri et le drive ?

Le 27 septembre à Paris, Les Editions Dauvers et Linéaires organisent la septième édition des Ateliers du drive et du e-commerce alimentaire.

Téléchargez ici le programme de la journée.

Réservez votre place en ligne.